Agen, au défi du modèle

  • Agen, au défi du modèle
    Agen, au défi du modèle
Publié le , mis à jour

Le SUALG, quatrième, reçoit le leader du championnat pour un match au sommet. Les Lot-et-Garonnais s’y sont préparés en conséquence pour ce qui peut déjà être un tournant de leur saison.

« On va jouer les meilleurs, la deuxième attaque du championnat, et la première défense… » S’il fallait trouver un motif de sérieux et d’application cette semaine à l’entraînement, il n’a pas été difficile à déceler. Le défi qui s’annonce pour le SUALG est immense. Il serait dommage de voir l’élan de confiance accumulée lors de deux derniers matchs remportés avec les tripes disparaître. Pour cela, Agen va devoir réaliser le match parfait face à une équipe qui « maîtrise les rucks, la défense, l’attaque… et qui sait concrétiser sur ses temps forts. Les Aurillacois sont des joueurs qui évoluent ensemble depuis un certain temps et qui savent pourtant surprendre dans leurs lancements de jeu. Ils savent s’adapter à leurs adversaires, reconnaît l’Argentin. Mathieu Blin va dans ce sens et ne tarit pas d’éloges à propos des finalistes de la saison passée : « Sincèrement on est impressionné par ce qu’on a vu chez eux, que ce soit leur organisation défensive ou encore leur solidité effective. Cette équipe dont on ne parle pas assez a beaucoup de liant et très peu de déchets. » Quitte à en faire un modèle pour ses hommes.

Comme un match de phases finales

Agen a donc préparé ce match avec tout le sérieux qu’il exigeait. Par une « opposition à balles réelles » cette semaine avec la sélection nationale de Tunisie en stage dans le Lot-et-Garonne.

Au programme, une demi-heure d’opposition pour se jauger et juger de l’avancée du travail entrepris en ce moment. « Nous savons que notre défense et la discipline nous font défaut », concède Mathieu Blin. Avec quatre cartons récoltés lors des deux derniers matchs - trois jaunes, un rouge - et dix essais encaissés il est vrai que de ce côté ce dimanche il faudra être plus vigilant qu’à l’accoutumée et calmer ses ardeurs. Les joueurs le savent et s’y préparent. « Aurillac va venir pour nous embêter, dans les rucks par exemple, ils n’hésiteront pas à nous faire dégoupiller s’ils le peuvent, ils ont vu que face à Biarritz notamment nous avions perdu notre sang-froid par moments », analyse, lucide le troisième ligne Antoine Miquel. Agen qui s’est révolté et a su remonter des situations de handicap comptable dans ces moments ne pourra cette fois-ci s’en remettre seulement à son état d’esprit, aussi fort soit-il. « C’est comme un match de phases finales, le premier qui pliera dans le bras de fer engagé aura perdu », avertit Mathieu Blin. Lors de la dernière confrontation, en février 2015 le SUALG avait su être pragmatique en première mi-temps avant d’accélérer en deuxième pour une large victoire (41-5). Tout le monde rêve d’un tel scénario. Parce qu’Aurillac a des certitudes et a grandi, prudence et humilité sont plus que de mises. « Si on ne fait pas ça, on se trompe et on ne grandit pas », assure Mauricio Reggiardo avant de conclure malicieusement : « En ce moment, c’est ce qui nous intéresse. »

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?