Agen à sa main !

  • Agen à sa main !
    Agen à sa main !
Publié le , mis à jour

Dans un match très plaisant avec un volume de jeu plus qu’intéressant, les Lot-et-Garonnais ont livré une démonstration offensive et empoché une probante victoire face au leader aurillacois . Le bonus offensif acquis brillamment leur permet de rejoindre leurs adversaires du jour tout en haut du classement.

Résumé du match

 

Le résultat final de la rencontre largement remportée par Agen ne doit pas faire oublier la première mi-temps et le score de parité (12-12) après une première mi-temps très équlibrée. Aurillac, auteur d’un premier quart d’heure où il faisait étalage de ses ambitions est rentré plusieurs fois dans le camp agenais sans parvenir à marquer d’essai. Pire, au cœur de leur temps fort, les Cantaliens devaient perdre sur blessure leur ailier Valentin auteur d’une percée et qui se blessait sur cette action à quelques mètres de l’en-but agenais. Le moment décidé pour Agen de se réveiller et prendre la mesure de ses adversaires. George Tilsley inscrivait un premier essai avant que Filipo Nakosi, le grand frère de Josua Tuisova ne se distingue à la 22ème en mettant dans le vent la défense Rouge et Bleu. Aurillac, surpris par la vivacité de leurs hôtes ne devait son salut qu’au pied d’Antoine Renaud qui maintenait les Cantaliens à flot dans la rencontre. Les joueurs de Thierry Peuchlestrade et de Jérémy Davidson souffraient dans les duels, et devaient perdre pendant dix minutes sur un protocole commotion Merab Sharikadze. La mi-temps salvatrice pour eux ne leur permettait pas toutefois de relever la tête. La faute à un Agen qui avait décidé , bien que privé de Paul Abadie, et donc à 14 contre 15 d’accélérer. À trois minutes d’intervalle, Antoine Miquel et George Tilsley inscrivaient chacun un essai. 26-12, l’écart était creusé. La suite verra les Lot-et-Garonnais, toujours aussi vifs et précis dans leurs attaques inscrire deux nouveaux essais par Kotze et Mchedlidze. Aurillac, piqué dans son orgueil réduisait  le score avec deux essais de Nanette et Maninoa mais le leader de Pro D2 avant la rencontre devait bien reconnaître à l’issue du match qu’il était tombé sur un os.

 

Le fait du match

Et dire que tout avait si bien commencé pour les Auvergnats. Joueurs, et dans l’avancée permanente que ce soient sur les ballons portés ou dans la prise d’ intervalles, les Aurillacois ont payé un lourd tribut au cours d’une première mi-temps engagée. L’ailier Albert Valentin devait quitter ses coéquipiers après une percée dans le camp agenais, suivi peu de temps après par un protocole commotion pour Sharikadze. La guigne poursuivait les Cantaliens en deuxième mi-temps avec la blessure de Nouhaillaguet. Il n’y a pas que la défaite qui pourrait laisser des traces.

 

L’homme du match

Marco Kotze a été au four et au moulin encore une fois. Le deuxième ligne de formation est utilisé depuis le début de saison en troisième ligne et ses performances match après match montrent que le joueur n’a aucune difficulté à s’acquitter des tâches obscures et moins obscures qui lui sont confiées. Très précieux dans les rucks de par son abattage, puissant et incroyablement mobile, Kotze se montre aussi décisif dans ses soutiens. Il a inscrit le cinquième essai agenais et c’est une récompense méritée au vu de l’ensemble de son match. La performance de Tilsley, et des trois-quarts agenais qu’on n’avait pas vu à pareille fête depuis bien longtemps mérite aussi d’être soulignée.

 

L’essai du match

Difficile de ne parler que d’un essai vu la démonstration offensive agenaise cet après-midi. Néanmoins le troisième essai concrétisé par Antoine Miquel au retour des vestiaires, en début de deuxième mi-temps a permis aux Agenais de se donner un peu d’air avant de prendre vraiment le match à leur compte.

 

Les meilleurs : à Agen : Nnomo, Demotte, Kotze, Miquel, Erbani, Francis, Tilsley, Mchedlidze, Sadie, Nakosi

À Aurillac : Briatte, Nanette, Dubourdeau, Renaud

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?