Brive, la cerise sur le gâteau

  • Brive, la cerise sur le gâteau
    Brive, la cerise sur le gâteau
Publié le , mis à jour

L’année 1997 est encore dans toutes les mémoires brivistes. Vingt ans après le sacre des Corréziens sur la scène europénne, le club espère fêter cet anniversaire de la meilleure des manières en décrochant une qualification pour les quarts de finale.

Pas question de rater les préparatifs. Brive a un anniversaire à fêter. Et pas n’importe lequel, celui du sacre européen de 1997. Une année devenue mythique dans l’histoire du club et même les supporters de moins de 20 ans peuvent narrer les exploits de cette équipe entrée dans la légende après sa victoire face à Leicester à Cardiff. Pas question donc de galvauder la Challenge Cup pour le président Jean-Jacques Bertrand, qui n’a pas vraiment apprécié de voir son club éliminé avant les quarts de finale la saison dernière : « Les vingt ans du titre sont un anniversaire important pour nous. Nous avons donc l’objectif minimum de nous qualifier pour les quarts de finale et si possible à domicile. Recevoir ne serait pas une chose anodine sur le plan financier donc c’est aussi un élément à prendre en compte. »

Une campagne européenne que le club corrézien a préparée en amont, en étoffant son effectif pour jouer sur les deux tableaux sans perdre en qualité mais aussi en réalisant un très bon début de championnat. En n’ayant pas le couteau sous la gorge en Top 14, les Brivistes abordent ce nouveau challenge sans pression néfaste, même si le président du CABCL est conscient de tous les enjeux : « Je n’oublie pas que la dernière fois où nous avons disputé la demi-finale de cette compétition, nous avons fini par descendre en Pro D2. Maintenant, je pense que nous avons les moyens de bien figurer sur les deux tableaux car notre équipe ne cesse de progresser et par rapport à la saison dernière notre groupe est plus étoffé, avec un banc plus costaud. »

 

Un calendrier inédit

Le secteur sportif est donc prévenu des ambitions des dirigeants qui souhaitent vivre une campagne européenne euphorisante. Reste maintenant à aborder au mieux cette phase de groupe qui a réservé une surprise de taille à Nicolas Godignon. En effet son équipe se déplacera trois fois en suivant lors des matchs aller. Une particularité qui doit être unique dans l’histoire du sport. Lors de cette première fenêtre continentale, les Corréziens se déplaceront au pays de Galles pour affronter les Newport Dragons puis en Angleterre pour défier Worcester qui s’annonce comme un candidat sérieux à la première place, malgré un départ timide dans son championnat domestique. Le périple en Russie, qui avait été fatal au CABCL la saison dernière, aura lieu début décembre. Un calendrier qui pourrait forcer les Brivistes à opter pour une course d’attente, en espérant être toujours à portée de tir de la première place à mi-parcours, même si le manager Nicolas Godignon attend beaucoup de ses hommes sur la phase aller : « Si nous pouvions être en avance à mi-parcours, ce serait encore mieux. D’autant plus qu’il est impensable de faire un péché d’orgueil en Russie cette année. Enisei survole le championnat russe et le Challenge Cup est son objectif principal de la saison. »

 

Mignardi, Lapeyre et Ngwenya en piste

Le manager peut être confiant pour ces deux premiers rendez-vous européens, En effet, il peut enfin s’appuyer sur un groupe presque au complet. L’infirmerie n’a jamais été aussi vide depuis le mois d’août. Le puissant deuxième ligne Johan Snyman, blessé à une cheville en match amical le 12 août dernier est enfin de retour. C’est aussi le cas de l’ailier Guillaume Namy (souffrant d’une épaule depuis le mois de mai) alors que Malakaï Radikedike est revenu dans le groupe depuis deux semaines. Le joker médical Takudza Ngwenya est lui aussi prêt pour effectuer ses débuts sous ses nouvelles couleurs. « De nombreux garçons vont profiter de ces deux matchs pour revenir sur le devant de la scène. Voilà aussi pourquoi nous débutons cette compétition avec beaucoup d’ambitions. » Ce sera enfin l’occasion de revoir les « bannis » Arnaud Mignardi et Benjamin Lapeyre sur un terrain après avoir purgé leur suspension de trois semaines. Et il est certain que tous les joueurs retenus pour les voyages en terres galloises et anglaises auront une idée dans le coin de leur tête : réaliser les meilleures performances possibles pour se positionner pour le derby tant attendu face à Clermont lors de la reprise du Top 14.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?