Chavancy : « Nous n’avons pas le droit à l’erreur »

  • Chavancy : « Nous n’avons pas le droit à l’erreur »
    Chavancy : « Nous n’avons pas le droit à l’erreur »
Publié le , mis à jour

Trois-quarts centre du Racing 92, de retour de blessure, le patron de la défense francilienne sera titulaire face au Munster.

Quelle était la nature de votre blessure ?

Je m’étais fracturé l’apophyse contre Toulouse, le mois dernier (le 4 septembre, 28-14). J’ai repris l’entraînement la semaine passée. Les soucis sont derrière moi.

Qu’avez-vous pensé du derby parisien ?

Déjà, le gagner fut une très grande fierté. Le groupe a eu les ressources mentales pour aller chercher la victoire en toute fin de rencontre (29-22). Ce n’était pas facile… Surtout avec la semaine que l’on venait de passer. […] Nous avons néanmoins conscience d’être encore très loin de notre meilleur niveau. Contre le Stade français, on ne méritait peut-être pas de gagner. Mais c’est le sport et cette victoire nous a fait un bien fou.

Vos coéquipiers semblaient avoir la rage, sur le dernier essai de Camille Chat…

La rage, on l’a toujours à domicile. Qui plus est pour un derby. Il ne sert à rien de chercher des explications ailleurs… Nous restions sur deux défaites (à Castres et Brive, N.D.L.R.) et avions un besoin impératif de victoire. Mission accomplie.

Quel est l’objectif, désormais ?

En Coupe d’Europe, une défaite à domicile est synonyme d’élimination directe. Nous n’avons pas le droit à l’erreur face au Munster, à Colombes.

Quelle opinion avez-vous de cette équipe ?

Depuis quelques années, le Munster ne truste plus forcément les premières places européennes. Mais c’est une équipe jeune, très joueuse et en pleine évolution. En termes de jeu, les Irlandais sont sur une très bonne dynamique. On sait tous, enfin, l’importance que revêt la coupe d’Europe pour les provinces celtes.

Quels enseignements tirez-vous de leur défaite face au Leinster (25-14), le week-end dernier à l’Aviva ?

Les Leinstermen ont parfaitement défendu. Ils ont fait reculer leurs adversaires à l’impact. Il faudra nous en inspirer.

Vous pourriez retrouver, au centre, l’international irlandais Keith Earls. Quel est votre avis sur lui ?

C’est un joueur de grande classe et ce sera une confrontation difficile comme c’est souvent le cas en coupe d’Europe…

L’an passé, vous avez échoué en finale de coupe d’Europe. Y a-t-il un appétit supplémentaire au moment d’aborder cette compétition ?

Pas forcément. Mais si le championnat est un marathon, la Coupe d’Europe est un sprint se jouant sur six matchs. Il ne faut pas se trouer sur la première course. Celle-ci est prévue dimanche…

Ronan O’Gara, l’un de vos entraîneurs au Racing, a passé seize ans au Munster. Comment était-il, cette semaine ?

Il ne nous a pas mis de pression supplémentaire. Mais Ronan est l’enfant du Munster. Il a grandi en même temps que cette province et ce match sera forcément particulier pour lui. Il a un amour profond pour cette équipe. Pour lui, l’émotion sera probablement immense au match retour, à Thomond Park…

Il a forcément gardé des amis là-bas. Vous a-t-il donné la composition d’équipe ?

Non. Il a beaucoup de respect pour ce club et n’ira pas à la pêche aux infos. Pour la première fois de sa vie, il se contentera d’espérer une défaite du Munster.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?