Minimum syndical pour le Stade français

  • Minimum syndical pour le Stade français
    Minimum syndical pour le Stade français
Publié le , mis à jour

Le Stade français s'est logiquement et facilement imposé face à la modeste formation roumaine de Timisoara (27-0). Une victoire ponctuée du point de bonus offensif, grâce à quatre essais inscrits. A part ça ? Rien ou vraiment pas grand chose...

Le résumé du match

À moins d'être totalement béotien, personne ne se sera laissé leurrer par le nom de l'adversaire jeudi soir du Stade français. Les Parisiens ont bien largement battu les Saracens, mais ce n'était pas vraiment les Champions d'Europe en titre. Ce n'était que le modeste club roumain de Timisoara, qui porte le nom du club anglais en raison d'un partenariat entre les deux parties. Bref, après sa sortie calamiteuse en ouverture de la compétition sur la pelouse des Harlequins, ponctuée d'un zéro pointé (43-21), les joueurs de Quesada ont donc profité d'une faible opposition pour s'adjuger cinq points en toute logique. Les trois premiers essais ont été inscrits en moins de 20 minutes. Seulement, les Parisiens, sans n'être jamais inquiétés, n'ont pas revu le ballon durant le dernier quart d'heure de cette première mi-temps. Quant à la seconde période disputée sur un faux rythme, les Roumains ont souvent rivalisé avec de bien tristes parisiens. Tant et si bien qu'il aura fallu attendre la 53e minute de jeu pour que les Stadistes obtiennent le point de bonus offensif grâce à un essai du troisième ligne Sylvain Nicolas. Soit le minimum syndical pour qui veut prétendre se qualifier pour la phase finale de cette Challenge Cup. Mais pas sûr que le Stade français se soit rassuré avant la reprise du Top 14 face à Lyon...

 

L'essai du match

Sa première titularisation au plus haut niveau, il s'en souviendra Faraj Fartass. Au départ, il ne devait pas débuter la rencontre. Au final, il a remplacé au pied levé Julien Arias, victime d'un pépin musculaire à l'échauffement, et il a inscrit le premier essai de sa carrière après seulement dix-sept minutes de jeu. Rien de surprenant de la part d'un gamin (il n'a que 19 ans) à qui l'on promet un très bel avenir. Formé à Suresnes – l'un des clubs les plus réputés d'Ile de France pour la qualité de sa formation – Fartass a notamment été médaillé d'or des Jeux mondiaux de la jeunesse avec l'équipe de France à 7 en 2014, à Nanjing en Chine. L'ailier parisien, à défaut d'être totalement convainquant, a su s'illustrer au bon moment.

 

L’homme du match

Drôle de transition pour Morné Steyn. L'international sud-africain disputait jeudi soir son premier match de la saison avec le Stade français. Jusque-là, il était retenu par le Four Nations. Ainsi, il a fait le grand écart. Ou comment passé d'une rouste subie face aux Blacks (15-57) à une aimable séance d'entraînement avec contact face à la modeste formation roumaine de Timisoara. Face à lui, pas de Beauden Barrett, ni de Kieran Read. Il y avait au sein de la formation des Carpates un certain Umaga au centre, mais ce n'était qu'un homonyme. Alors, forcément, Morné Steyn a récité son rugby tranquillement. Peut-être un peu trop d'ailleurs. Il a notamment raté deux coup de pied face aux perches et a envoyé un coup de pied en ballon mort sur une pénalité qui aurait permis aux Parisiens de se rapprocher de la ligne d'essai roumaine (57e). Toutefois, il s'est offert une belle percée en solitaire, à l'issue de laquelle Djibril Camara inscrivait le troisième essai de son équipe (20e).

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?