Bungaroo : « L’équipe me fait confiance et je trouve ça bien »

  • Bungaroo : « L’équipe me fait confiance et je trouve ça bien »
    Bungaroo : « L’équipe me fait confiance et je trouve ça bien »
Publié le

Arrivé tout droit d’Angleterre et à peine âgé de 19 ans, Kyran Bungaroo, vient d’enchainer quatre titularisations à l’arrière du Biarritz Olympique. Parcours, sensations sur la Côte Basque et objectifs, rencontre avec Bungaroo.

Comment vit le groupe après un début de saison un peu difficile ?

La victoire à Bougoin est importante. Cette semaine, l’ambiance est bonne dans le groupe, on sait que l’on doit poursuivre sur cette voie. Si on continue ainsi, on va réussir à grimper dans le haut du classement au cours de la saison. Pour ça, il faut gagner face à Vannes et l’équipe peut le faire.  Si on propose une aussi bonne défense que face à Bourgoin, on espère remporter ce match.

 

Pouvez-vous nous raconter votre parcours, avant votre arrivée à Biarritz ?

J’ai joué un tournoi national en Angleterre pendant lequel j’ai été élu homme du tournoi.  Ensuite, j’ai posté une vidéo de moi sur YouTube. Mon père l’a envoyée à Biarritz qui m’a proposé de passer des tests. J’y suis allé, et à la suite de ça, le BO m’a proposé un contrat de trois ans. Kylan Hamdaoui étant blessé, j’échange beaucoup avec lui du fait que nous évoluons au même poste. Il est très sympa avec moi, me donne beaucoup de conseils pour que je progresse. C’est top entre nous deux. 

 

Et votre nouvelle vie en France ?

Mon père est français donc je suis déjà allé pas mal de fois en France auparavant.  Je me débrouille bien au niveau de la langue, et j’aime la culture ici. Mes trois premiers mois se passent très bien. La principale différence entre le championnat anglais et français est que le rugbyman français aime tout jouer. Ce n’est pas le cas en Angleterre. C’est plus excitant ici. C’est très important de continuer les études à côté du rugby. Je les poursuis grâce au centre de formation du BO, à l’Open Université (la seule université d'enseignement à distance au Royaume-Uni). Je suis une formation, commencée en Octobre, dans le Sport Fitness et Coaching. Dans l’équipe, je m’entends très bien avec Théo Dachary. Lors du voyage à Bourgoin nous étions dans la même chambre et nous avons beaucoup parlé. Sinon au niveau des jeunes, j’ai des affinités aussi avec Alex Roumat et Robinson Caire.

 

Pensiez-vous un jour évoluer dans le championnat français ? 

J’ai toujours vécu en Angleterre. Je n’avais pas forcément le Pro D2 en tête avant de passer mes tests à Biarritz. Par contre, après ceci, quand Biarritz a répondu positivement je me suis dit un jour je pourrais peut-être y jouer, et maintenant j’y suis. Pour mon premier match à Albi je n’ai pas eu trop de pression. L’équipe me fait confiance et je trouve ça bien personnellement. J’étais très excité par ma première à Albi mais c’est dommage que nous l’ayons perdue.

 

Quatre titularisations sur les quatre derniers matchs, c’est plutôt un bon début pour vous ?

Oui exactement. C’est très bien pour moi d’avoir pu jouer ces rencontres pour progresser. Je ne pensais même pas jouer avec l’équipe professionnelle pour ma première saison ici. J’ai cette chance d’évoluer avec les pros et je fais de mon mieux pour rester avec eux. Devenir joueur professionnel ? J’espère qu’un jour je le serai. Aujourd’hui, je suis encore jeune. Il me reste du temps pour progresser.

 

Propos recueillis par Pablo Ordas

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?