Oyonnax, et de quatre !

  • Oyonnax, et de quatre !
    Oyonnax, et de quatre !
Publié le , mis à jour

Les Oyonnaxiens ont décroché, non sans peine, leur quatrième succès consécutif qui leur permet d'accrocher la première place du championnat.

Le match:

"C'est un match qui ressemble un peu à celui que nous avions perdu face à Colomiers " relève Jérémy Gondrand "nous n'avions pas de solution, nous ne parvenions pas à mettre notre jeu en place" assure l'ouvreur oyonnaxien qui, à trois minutes de la sirène renversa la situation, privant Aurillac de la victoire que lui laissaient espérer son pragmatisme mais aussi sa farouche implication en défense.

Ce match, Oyonnax l'avait lancé idéalement en ouvrant la marque sur pénalité puis en creusant l'écart sur un essai de Hall venu récupérer un ballon poussé au pied par Codjo. L'écart porté à dix points était pourtant ramené à trois unités à la pause après l'essai inscrit par Sharikadze en profitant d'un ballon gagné Sur introduction oyonnaxienne. Tout allait se compliquer en seconde période, Antoine Renaud, un ancien de l'USO, inscrivant trois pénalités et un drop pour offrir neuf poi,t'es d'avance à son équipe à dix minutes de la sirène. "Cette équipe à des ressources" apprécie Johann Authier "dans un premier temps elle est allé chercher le bonus". Elle le fit en passant par le jeu au point de ne laisser à Gaston d'autre solution que de contrer l'ultime passe Sur un essai tout fait. La sanction tombait, un carton jaune et un essai de pénalité. Oyonnax ne s'en contenta pas et Sur une dernière touche, Gondrand prenait sa chance pour filer seul sour les perches aurillacoises et pointer après une course de 50 mètres l'essai de la victoire.

 

L'essai:

Sur les quatre essais de la soirée le premier, pointé par Oyonnax, fut le plus construit. Metge, à la réception d'un ballon aérien dans son camp tapait une chandelle. Codjo était à la réception pour bousculer l'organisation defénsive des Cantalous et prolonger son action par un petit coup de pied. Hall était à son tour à la réception pour s'arracher et finir sous les perches. Une manière idéale de lancer le match, mais il fallut attendre la 77è pour l'échappée de Gondrand permette de valider l'option qui semblait prise après neuf minutes de jeu.

 

Le joueur:

Jérémy Gondrand a fait le plein, quatorze points à lui seul, un essai, trois transformations et une pénalité. C'est lui qui fit basculer le match du côté oyonnaxien alors qu'Aurillac était en passe de suivre l'exemple de Colomiers, victorieux à Mathon en début de saison. "J'ai vu l'intervalle, je l'ai pris" explique l'ouvreur oyonnaxien qui fit le choix de ne pas lancer ses centres après une touche pour profiter de cette brèche et inscrire l'essai décisif 50 mètres plus loin.

 

Les meilleurs:

MacDonald, Fabbri, Gondrand, Hansell Pune, Ursache ; Pélissié, Boisset, Vaccaril

 

Jean-Pierre DUNAND

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?