Vic-en-Bigorre, à l’année prochaine !

  • Vic-en-Bigorre, à l’année prochaine ! Vic-en-Bigorre, à l’année prochaine !
    Vic-en-Bigorre, à l’année prochaine !
Publié le , mis à jour

A peine commencée, déjà terminée. La saison des Vicquois a connu son épilogue dimanche dernier avec un troisième forfait, synonyme de forfait général.

Cataclysme à Vic-en-Bigorre. Faute de combattants, les Vicquois n’ont pu déplacer leurs deux équipes séniors à Tournefeuille dimanche dernier. Ce forfait, le troisième de la saison, conduit de fait les Vicquois vers le forfait général. Un véritable gâchis au vu de l’histoire de ce club, qui n’est rien moins qu’un des plus importants du comité Armagnac-Bigorre. On rappelle que la dernière équipe championne de France des comités, il y a trois ans, était bâtie sur une ossature de Vic-en-Bigorre.

Conséquence directe du forfait général, Vic-en-Bigorre pourrait être rétrogradé en Série territoriale la saison prochaine. C’est la Fédération française de rugby qui statuera sur le cas du club pyrénéen. Jacques-Henri Laborie, l’un des quatre coprésidents, explique, fataliste, les raisons qui ont conduit le club vicquois à ce dénouement : « Nous comptons dix-sept blessés, ce qui est énorme pour une équipe de Fédérale 3 à l’effectif moyennement fourni. Nous avons donc demandé aux jeunes de monter en sénior et ces derniers ont tout simplement refusé. Dès lors, nous ne pouvions pas continuer. » Le paradoxe, c’est que l’US vicquoise semblait avoir le réservoir de joueur nécessaire pour pouvoir aligner deux équipes. Au début de la saison, le club comptait trois équipes : ses deux équipes sénior et une équipe bélascain, composées de joueurs âgés entre 18 et 21 ans, en théorie apte à jouer avec les équipes sénior si le besoin venait à s’en faire sentir.

Antoine Marin : « une infinie tristesse »

Conscients depuis un bon moment que la situation allait tourner au vinaigre au vu du nombre de joueurs blessés et de défections dans les rangs des séniors, les quatre coprésidents avaient demandé à l’entente Adour-Echez, gestionnaire des catégories jeunes et donc de l’équipe Bélascain, le renfort de Bélascain pour leur équipe première. Le président de l’entente a décidé de laisser le choix aux premiers concernés, à savoir les joueurs Bélascain eux-mêmes. Et ces derniers ont fait leur choix, en allant pas jouer avec la Fédérale 3. Antoine Marin, le président du comité Armagnac-Bigorre, est très déçu de ce forfait, comme tous les amoureux du rugby vicquois : « L’USV est un grand club, avec des titres, beaucoup de licenciés et plus de cent ans d’histoire. C’est une infinie tristesse que de voir ce club dans cette situation. » Le président du comité exhorte les Vicquois à continuer à jouer : « Même s’ils sont disqualifiés, j’aimerais que le club continue d’aligner son équipe première dans le championnat. Pour garder la dynamique, pour se rassurer, se conforter dans l’idée que le rugby à Vic n’est pas mort. L’USV, comme beaucoup d’autres clubs, est déjà tombée et s’est toujours relevée. » Il faudra le faire une fois de plus.

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?