Aurillac : « La taupe » a les pieds sur terres

  • Aurillac : « La taupe » a les pieds sur terres
    Aurillac : « La taupe » a les pieds sur terres
Publié le , mis à jour

Le talonneur d’Aurillac, Adrien Pelissié, est une des valeurs sûres de l’équipe qui reçoit ce dimanche Biarritz. Découverte.

Adrien Pélissié, « la taupe » pour les intimes, c’est comme le Stade aurillacois : cela fait rarement la Une et pourtant c’est très performant et très souvent au rendez-vous. À 26 ans, le natif de Montauban est devenu une des valeurs sûres des rouge et bleu. Passé par le centre de formation à Castres, le talonneur de Sept Fonds débarque dans le Cantal en 2012. « Je suis arrivé ici et j’ai intégré le centre de formation. Je me suis rapidement entraîné avec l’équipe professionnelle. J’ai eu un peu de chance car des talonneurs se sont blessés et j’ai fait 17 fois la feuille de match. Même si je ne suis pas tout le temps rentré, c’était une belle expérience. Et ensuite j’ai enchaîné ».

Avec l’accent qui sent bon le sud-ouest, Adrien est autant discret dans la vie de tous les jours qu’il est imposant sur le terrain. Au fil des ans, il est devenu l’un des tauliers de l’équipe. C’est d’autant plus vrai cette année, même s’il préfère partager cette casquette avec d’autres. Il reste pour autant objectif et sans concession. « Notre début de saison est mi-figue mi-raisin, même si l’on est troisième aujourd’hui. On est satisfait parce qu’on est invaincu à la maison, qu’on est allé chercher une victoire à l’extérieur, que l’on a pris des points de bonus. Maintenant, on doit l’emporter à Oyonnax. On fait également deux très mauvaises sorties à Agen et à Carcassonne avec 40 points à chaque fois. Si l’on veut rester en haut du classement de cette Pro D2, nous n’avons pas le droit de rendre de telles copies ».

Donner le ton

Homme de devoir et de valeurs, cet enfant d’agriculteurs force le respect. Ses prestations depuis le début de saison sont remarquables. Il essaye donc de donner le la à son pack, de montrer l’exemple aux jeunes. « À ce niveau là, si tu rates un placage, si tu es un peu en dedans, tu prends vite la marée. Je pense que nous sommes capables d’avoir de la rigueur, du début à la fin. Nous l’avons démontré à Oyonnax avec beaucoup de solidarité. On a des blessés, certes, mais tout le monde a des blessés. Le groupe qui joue tous les week-ends est compétitif. On ne doit donc pas prendre 40 points ».

Les épisodes Agen et Carcassonne lui laissent un goût très amer. La victoire miraculeuse face à Colomiers en octobre, il la prend également comme une mise en garde. Adrien Pélissié a parfaitement conscience du potentiel et de la qualité du groupe. « L’équipe a grandit. Il faut encore progresser et aussi ne plus se cacher si l’on veut finir dans les premiers de la Pro D2. Nous restons humbles et lucides car on reste un « petit » club. Nous n’avons pas le plus gros effectif de la Pro D2, mais on a un bon groupe, compétitif et des mecs qui doivent avoir envie de se battre à chaque match. Personne ne nous fera de cadeaux. Si on rend des copies comme à Oyonnax, alors oui nous irons gagner des matches à l’extérieur.

Devant ce troisième bloc de cinq matches qui se profile (Biarritz, Angoulême, Mont-de-Marsan, Vannes et Bourgoin), le Stade aurillacois aura la chance de jouer trois fois à la maison. Et cela commence par les Basques. « Il faut confirmer notre match d’Oyonnax. Biarritz ne rendra pas la tache facile. Même s’ils viennent de perdre chez eux, cela reste une très belle équipe avec de très bons joueurs. Il va falloir être conquérant et appliqué dans tout ce que l’on va entreprendre pour arriver à les battre. De toute façon, cela doit être une perpétuelle remise en question, à chaque week-end ». Et Adrien Pélissié est bien décidé à montrer l’exemple. Un homme, un talent et un caractère qui ont conforté les dirigeants à prolonger son contrat encore trois ans, jusqu’en juin 2020.

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?