[FRANCE – NOUVELLE-ZELANDE] Trois raisons d'y croire et de douter (1/2)

  • [FRANCE – NOUVELLE-ZELANDE] Trois raisons d'y croire et de douter (1/2)
    [FRANCE – NOUVELLE-ZELANDE] Trois raisons d'y croire et de douter (1/2)
Publié le , mis à jour

Lors d'un France – Nouvelle-Zélande, on ne sait jamais à quoi s'attendre : un exploit bleu ou une démonstration des Blacks. Pour se préparer aux deux cas de figure, nous avons concocté une petite série en deux parties. Premier volet : les raisons de douter et de craindre une nouvelle claque de la part des All Blacks.

Les trois raisons de douter :

1- La Nouvelle-Zélande est la meilleure équipe de tous les temps

Oui, n'ayons pas peur des mots. Cette équipe de la Nouvelle-Zélande qui se présente samedi au Stade de France est probablement la meilleure équipe de tous les temps. Dans les chiffres déjà : les All Blacks sont champions du monde, disposent du record de victoires consécutives avec 18 succès entre 2015 et 2016 et ont encore remporté, en gagnant tous leurs matchs avec le bonus offensif (!), le Rugby Championship pour la 14e fois de leur histoire et la quatrième fois en cinq ans. Au-delà des chiffres, c'est aussi leur style de jeu qui nous fait penser qu'il s'agit de la meilleure équipe de l'Histoire. Un jeu offensif à tout-va, des joueurs exceptionnels et pouvant faire la différence à n'importe quel moment et surtout un réservoir inépuisable d'hommes. Après les départs en Europe de Carter et Nonu ou encore la retraite de McCaw, certains pensaient que les Blacks allaient décliner. C'est tout le contraire qui s'est produit. Avec de nouvelles têtes comme Barrett, Cruden, Ardie Savea ou encore Dan Coles, la relève est là et comme nous avons pu l'admirer en 2016, bien là.

 

2- Ils ont inscrit au minimum trois essais et plus de trente points à tout le monde cette année

Une machine à broyer ses adversaires. Voilà comment résumer l'année 2016 des Blacks. Que ce soit lors des test-matchs de juin face au pays de Galles, pendant le Rugby Championship cet été ou durant cette tournée de novembre, personne n'a su résister aux All Blacks. Enfin si, l'Irlande, mais nous y reviendrons. Tous les autres s'y sont cassés les dents à domicile comme à l'extérieur. En 13 matchs en 2016, les All Blacks ont tourné à 41 points de moyenne et ont inscrit à chaque fois au moins trois essais ! Des statistiques titanesques ! Il n'y a que lors de trois matchs qu'ils ont affiché moins de trente unités au tableau d'affichage. C'était lors de la 2e journée du Rugby Championship (29-9 contre l'Australie) et deux fois face à l'Irlande en novembre (29-40 et 21-9). A la lumière de ces chiffres, certains ont des raisons d'avoir peur.

 

3- La France est encore traumatisée par le quart de finale de l'an dernier

On a l'impression que c'était hier. Le 17 octobre 2015, la Nouvelle-Zélande humillait les Bleus en quart de finale de la Coupe du monde (13-62) et mettait fin au mandat de Philippe Saint-André sur un terrible échec. Un peu plus d'un an après, les All Blacks défient une nouvelle fois la France. L'enjeu est moindre, certes, mais comment oublier cette cuisante défaite ressentie comme un traumatisme dans le monde du rugby ? Bien sûr, lorsque l'on a demandé à Guy Novès si lors de la semaine de préparation, il avait évoqué ce match, il a répondu que non. Et on veut bien le croire. Mais comment, surtout pour les joueurs présents il y un an, oublier cet affront, cette claque reçue à la face du monde entier. Les joueurs du XV de France vont-ils entrer sur la pelouse du Stade de France tétanisés à l'idée de reprendre une leçon ? Ou avec l'envie de prendre leur revanche ? Réponse samedi soir sous les coups de 21 heures.

 

Par Kevin Saccani (@saccanikevin)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?