La délivrance biterroise

  • La délivrance biterroise
    La délivrance biterroise
Publié le , mis à jour

 Sans briller mais en s’appuyant sur une conquête enfin dominatrice,  l’ASBH réalise le coup parfait. Elle décroche le bonus offensif face à Bourgoin et met ainsi fin à une série de six revers consécutifs. Un succès vital qui relègue les Isérois à huit points derrière. Inquiétant, Bourgoin enchaîne lui un septième revers qui l’enfonce un peu plus au fond du classement. 

LE RESUME

Un paradoxe gagnant. La descente aux enfers de l’ASBH a été en grande partie causée par une conquête catastrophique depuis le début de saison. Et ce soir, face à Bourgoin, ce sont la mêlée, la touche et les mauls biterrois, qui ont offert le succès bonifié à Béziers. Une leçon de réalisme donnée à de faibles Berjaliens par un pack rouge et bleu retrouvé. Faibles dans son jeu d’attaque et parfois perdus en défense, les troupes du capitaine Battye se sont rassurées ce soir mais restent encore convalescentes. De leurs côtés, les Isérois, qui sont un peu revenus au score sur la sirène grâce à un essai de Puyo, s’enfoncent dans la crise et sont désormais condamnés à lutter pour le maintien jusqu’à la fin. 

 

LE TOURNANT

Le carton jaune reçu par Mickaël Recordier lance Béziers, qui était jusqu’alors très crispé. Alors que la rencontre est très serrée (3 à 3), le flanker berjalien est exclu dix minutes pour fautes répétées (23e). Dans la foulée, l’ASBH opte pour la pénaltouche plutôt que de jouer la sécurité en tentant les points au pied. Choix payant. Le lancer est assuré par Marco Pinto Ferrer, qui récupère vite le ballon une fois le groupé pénétrant formé. L’édifice héraultais avance sans réelle opposition et l’international espagnol inscrit son premier essai de la saison. La sortie de Recordier a donc directement coûté sept points à son équipe. Un tournant dont le CSBJ ne se relèvera que par intermittences.

 

L’ESSAI DU MATCH

La roublardise de Josh Valentine fait la différence. Après un maul, Béziers obtient une nouvelle pénalité à cinq mètres de l’en-but adverse près de la ligne de touche. Le numéro neuf australien se baisse pour ramasser le ballon sans quitter des yeux la défense iséroise dont il scrute les mouvements. Soudainement, il se relève et joue vite la faute. Valentine feinte la passe avant de s’échapper seul pour aplatir en coin. Une inspiration pleine de culot qui permet à Béziers de se détacher au score. 

 

L’HOMME DU MATCH  

Sébastien Max, le monsieur propre de l’ASBH. Auteur de son deuxième essai de la saison en six titularisations, le centre biterrois a offert le bonus offensif à son équipe et a  livré un match plein. Excellent en défense, son point fort, il s’est également montré très actif en attaque où il n’a pas perdu de ballon. Précieux par sa sobriété et son sens du sacrifice, l’éternel remplaçant de luxe Max, s’impose comme un numéro un légitime cette année. 

 

LES MEILLEURS 

A Béziers Max, Pinto Ferrer, Ramoneda, El Fakir, Fernandes, Lokotui, Valentine ;

A Bourgoin : Puyo, Price

 

Julien LOUIS

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?