Le coup parfait

  • Le coup parfait
    Le coup parfait
Publié le , mis à jour

Albi a réussi son pari et a remporté le match de la peur face au leader Colomiers. Le début du renouveau ?

Résumé:

Colomiers attaquait la rencontre tambour-battant et Albi ne voyait pas vraiment le jour. Les Albigeois peinaient à toucher le ballon et étaient en plus énormément pénalisés en mêlée : quatre fois en quinze minutes ! Heureusement pour eux, l'arrière et buteur columérin Thomas Ramos n'était pas en veine ce vendredi soir et échouait trois fois, fait rarissime.

C'est contre le cours du jeu que les Albigeois inscrivaient les premiers points du match : une pénalité de Perraux doublée par un essai transformé de César Damiani et les Tarnais faisaient la course en tête. D'autant plus qu'ils allaient profiter du très bon travail de leur troisième ligne pour inscrire un deuxième essai par l'intermédiaire de Frédéric Quercy, bien servi par Vincent Farré. Toute la question était de savoir si les Albigeois allaient pouvoir tenir le rythme en deuxième période. La réponse fut cette fois-ci positive. Malgré deux essais encaissés en deuxième période par Saaidia et Dubois, le pied de Perraux et Bisman permettaient aux Tarnais de garder la tête et de s'offrir une victoire fondatrice. Colomiers, lui, perd sa première place au bénéfice d'Agen.

 

L'homme:

Frédéric Quercy. Intenable. Aux côtés de Vincent Farré, le troisième ligne aile promu troisième ligne centre et capitaine a livré un match formidable. On l'a vu attaquer, marquer un essai, défendre en diable, servir ses coéquipiers.

 

L'essai:

L'essai de Frédéric Quercy, l'essai du break. À la réception d'un ballon haut, Benoît Sicart se fait « découper » par son vis-à-vis. L'arbitre lève le bras mais le jeu se poursuit, Thibaut Bisman sert Vincent Farré qui perce le rideau avant de servir son compère Frédéric Quercy qui plonge dans l'en-but, non sans avoir semé à la course l'arrière columérin Thomas Ramos ! Excusez du peu !

 

Le tournant:

Les dix premières minutes infructueuse de Colomiers. Dominer autant sans scorer et rédhibitoire à ce niveau de la compétition. Les Columérins ont eu quatre pénalités à tenter durant ce laps de temps et en ont raté trois. Albi a su marquer lors de chaque entrée dans le camp de Colomiers. Au final, cela fait la différence.

 

Les meilleurs:

à Albi Quercy, Farré, Damiani, Perraux ; à Colomiers, Mémain, Weber, Nicot.

 

Par David Bourniquel

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?