Givors, au pied du mur

  • Givors, au pied du mur
    Givors, au pied du mur
Publié le , mis à jour

Les Givordins doivent remporter leur première victoire dimanche contre la lanterne rouge, Eymeux, sous peine d’avoir déjà un pied en Honneur à mi-parcours.

Givors va jouer gros dimanche prochain. Après avoir raté leur entame de championnat la saison dernière, les Givordins sont encore en grande difficulté. Ils sont les seuls, avec les Bellevillois (poule 5) et Six-Fournais (poule 10) a ne pas avoir encore décroché une seule victoire cette saison. Même leur futur adversaire, Eymeux, pourtant lanterne rouge de la poule, a connu les joies du succès. Heureusement, les Givordins ont réussi à bonifier quatre de leurs sept défaites en plus du match nul concédé à domicile contre Les Angles. Mais cela ne résout pas tous leurs soucis, loin de là. Plus que jamais la victoire est obligatoire, sous peine de mettre un pied en Honneur. « Nous sommes au pied du mur, reconnaît Nicolas Fromentoux, entraîneur du groupe, avec Adlen Nefoussi et les anciens pros, Olivier Nauroy et Cédric Desbrosses. Nous n’avons pas le choix. Nous espérions avoir un déclic dimanche dernier à Privas… »

Frustration

Il devra intervenir ce dimanche. Les Givordins l’attendent depuis longtemps. Après avoir perdu plusieurs joueurs majeurs lors des deux dernières intersaisons, ils ont joué de malchance depuis le début de saison. « Le XV aligné maintenant n’a rien à voir avec celui du mois de septembre », poursuit l’entraîneur. Après avoir attendu les licences d’anciens joueurs de Saint-Étienne, puis le retour de trois joueurs suspendus après l’élimination de l’équipe réserve en phases finales, le groupe a ensuite perdu plusieurs joueurs sur blessure : le troisième ligne, Éric Grisel (genou) reviendra en janvier, le centre, Quentin Nauroy (cheville) pourrait reprendre ce dimanche. Quant au demi de mêlée, Mathieu Lopez, sa saison est terminée suite à une rupture des ligaments… Leur absence ne favorise pas l’intégration des jeunes. « Il y a un manque de maîtrise à de nombreux niveaux, regrette Nicolas Fromentoux. Cela va de réussir la dernière passe ou le plaquage décisif au fait de ne pas commettre de fautes bêtes au pied de nos poteaux. »

Paradoxalement, l’équipe réserve est, elle, en pleine bourre, et pointe à la deuxième place, à égalité avec Berre, avec sept victoires et une défaite. « Le groupe vit et travaille globalement bien. Les joueurs sont vraiment frustrés de ne pas pouvoir apporter des victoires. » Ils espèrent tous rompre enfin la mauvaise série contre Eymeux, pour partir en vacances l’esprit tranquille et opérer une remontée au classement en 2017. La phase retour les verra recevoir à cinq reprises, pour quatre déplacements.

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?