Bordeaux-Bègles, terre de neuf

  • Bordeaux-Bègles, terre de neuf
    Bordeaux-Bègles, terre de neuf
Publié le , mis à jour

La filière girondine des demis de mêlée est exceptionnelle de densité et de qualité. Et la fabrique continue de produire.

Le statut enviable du Club athlétique Bordeaux-Bègles-Gironde parmi les structures jeunes les plus performantes se voit à la lumière des sélections au sein des différentes équipes de France. Mais il y a un constat un peu moins visible si on n’y prête pas suffisamment attention, qui tient au nombre de talents à certains postes. Le CABBG a toujours possédé dans ses rangs des piliers qui ont tracé leur sillon. Des talonneurs aussi. Mais aujourd’hui, ce qui saute aux yeux, c’est le nombre important de demis de mêlée dont les remarquables aptitudes se sont révélées en Gironde. Le Briviste Jean-Baptiste Péjoine n’a jamais porté le maillot à damiers, mais il était au Stade bordelais quand il a pris son envol pour la Corrèze. Bordeaux et la Gironde, terre de 9 ?

Assurément. Ce terreau a produit un certain Christophe Laussucq qui a fait ses classes à Mérignac pour ensuite passer par Bordeaux-Bègles. Tous les autres cas sont plus récents puisqu’ils concernent, pour quatre d’entre eux, des joueurs en activité dans le circuit professionnel, et pour les autres, de véritables espoirs du poste en voie d’épanouissement dans la maison CABBG. Maxime Machenaud et Baptiste Serin sont de magnifiques porte-drapeaux de la formation bèglaise. Les voir réunis sur le même banc de l’équipe de France est une fierté pour de nombreux éducateurs bèglais et bordelais. Issu de Gujan-Mestras, Emmanuel Saubusse a occupé un rang non négligeable lorsqu’il est passé de l’association amateur CABBG à l’UBB. Aujourd’hui son histoire continue de s’écrire à Bayonne. D’autres également ont dû s’expatrier pour vivre leur rugby à temps plein alors que leur temps de jeu ne leur semblait pas suffisant. Ce fut le cas de l’international moins de 20 ans Guillaume Laforgue qui a fait le choix de participer à l’aventure du Soyaux-Angoulême XV… de la Fédérale 2 au Pro D2.

L’enseignement d’Heini Adams

Cette exceptionnelle densité de demi de mêlée dans un périmètre aussi restreint a-t-elle une explication ? Pas vraiment si l’on en croit les acteurs de la formation. Nous savons que la pertinence de leur détection est un facteur non négligeable, mais Ils invoquent modestement le hasard. Le responsable technique du CABBG, Michel Maillet reconnaît cependant : « Nous nous sommes toujours efforcés de bien faire travailler les demis de mêlée. » Et la relève est annoncée avec l’apparition sur les tablettes CABBG de nouveaux véritables talents. Le jeune international Jules Gimbert, 18 ans, est taxé ces derniers temps de progrès considérables. Son père Philippe, l’ex pilier des fameux champions de France 1991 aux côtés des Moscato, Simon et compagnie, insiste sur le contexte : « Jules est un gros travailleur mais il a énormément progressé ces derniers temps grâce aux deux ou trois séances hebdomadaires auprès d’Heini Adams qui a aussi beaucoup aidé Baptiste Serin. Jules échange avec Baptiste. » Le rôle de formateur dévolu au numéro 9 historique de l’UBB produirait donc ses premiers fruits. Issu des cadets champions de France, Baptiste Germain pointe le bout de son nez. Et pour clore ce chapitre, même s’il est arrivé il y a quelques mois du FC Auch, il serait injuste de ne pas ajouter à cette sidérante énumération, l’excellent Gauthier Doubrère numéro 9 des moins de 20 ans tricolores la saison dernière et qui poursuit son apprentissage auprès des Serin, Lesgourgues et Audy. Convenez-en, c’est fort !

Par Gérard Piffeteau

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?