Léa Perret, cap vers le Sud

  • Léa Perret, cap vers le Sud Léa Perret, cap vers le Sud
    Léa Perret, cap vers le Sud
Publié le , mis à jour

Léa Perret : troisième ligne aile de Lyon (Armelle-Auclair). Au club depuis sept ans, elle partira début janvier pour la Nouvelle-Zélande, où elle espère trouver une équipe pour continuer à progresser.

Dimanche prochain, la troisième ligne aile de Lyon, Léa Perret, va disputer son dernier match de la saison contre Nanterre. Début janvier, elle s’envolera pour la Nouvelle-Zélande pour plusieurs mois. À 25 ans, la joueuse, originaire d’Oyonnax, a mûrement réfléchi son projet, déjà décalé de plusieurs mois, en raison du beau parcours des Lyonnaises la saison passée (finalistes contre Romagnat) et de l’obtention d’un premier contrat après son stage de fin d’études. Après la fin de son contrat, elle a décidé sauter le pas. « J’ai toujours eu pour objectif de voyager et j’ai choisi la Nouvelle-Zélande, pour la nature et le rugby, sourit-elle. Je parle également déjà bien anglais, l’objectif est de parler couramment. »

La joueuse s’est déjà renseignée pour trouver une équipe. À Wellington, elle en a déjà recensé une douzaine. « La saison commence au mois d’avril. Le but est de jouer et d’apprendre de manière différente. Ils n’ont pas la même approche. Le Lou a été une superbe expérience. Mais j’ai besoin de nouveautés, d’ouvrir une nouvelle page rugbystique. »

Les conseils de Karim Ghezal

Arrivée à 18 ans, elle a grandi avec l’équipe, en Fédérale d’abord, avec une finale perdue puis gagnée, et en Armelle-Auclair pour la quatrième saison, à l’aile d’abord, puis en troisième ligne. Et cette saison, malgré les départs ou les arrêts et une vague de blessures, l’équipe pointait à la deuxième place, avant le déplacement chez le troisième, le Stade français, hier. « Nous faisons une belle saison malgré tout, se réjouit la joueuse. J’espère que les filles feront la même saison que l’année dernière. » Si le départ de la flanker va laisser un grand vide, sur le terrain ou dans le vestiaire où elle n’était pas avare de paroles, les Lyonnaises auront toujours des arguments à faire valoir. Depuis plusieurs semaines, l’entraîneur de la touche du staff professionnel, Karim Ghezal, vient prodiguer des conseils une fois par semaine, et le pilier droit, David Attoub, apporte son expertise en mêlée…

S. F.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?