Le Top 5 des performances de Pro D2 en 2016

  • Le Top 5 des performances de Pro D2 en 2016
    Le Top 5 des performances de Pro D2 en 2016
Publié le

Il serait bien injuste de déclarer que le Top 14 a le monopole en ce qui concerne les surprises. Le Pro D2 réserve ainsi aussi son lot de sensations, et d’exploits en tout genre. Midi Olympique vous délivre son Top 5 pour l’année 2016.

Bayonne remonte dans la foulée de la descente - Le 4 juin 2016

Au coup d’envoi de la saison 2015-2016, rares étaient les optimistes au pays Basque à parier sur une remontée immédiate de Bayonne après sa descente aux enfers et le projet de fusion avortée avec le voisin biarrot. Mais il en faut plus pour mettre à mal les Bleu et Blanc de l’Aviron bayonnais et ses fidèles et fervents supporters. Conduits par l’enfant du pays Vincent Etcheto, les Basques ont fait taire toutes les critiques en s’affirmant avec autorité lors de la saison régulière et des phases finales de Pro D2. Cette saison, Bayonne est en grande difficulté en Top 14, et se retrouve lanterne rouge mais il ne faut pas oublier les cinq premiers mois de l’année couronnés par un succès 21-16 en finale d’accession sur Aurillac le 4 juin dernier.

 

Colomiers s'invite en demi-finale – Le 29 mai 2016

En Fédérale 1 il y a encore cinq ans, le club à la Colombe a réalisé une année 2016 exceptionnelle en s’invitant à la table des demi-finales en mai dernier. Pour la dernière saison de David Skrela, le club de la banlieue toulousaine est ainsi allé défier Bayonne, l’un des favoris à la montée dans son antre de Jean-Dauger. Et les hommes du tandem Goutta/Filiatre n’ont pas démérité, loin s’en faut, s’inclinant sur le score de 28-16 qui ne reflète pas la physionomie de la rencontre. Cette saison, Colomiers est reparti sur le même rythme. Sixièmes à la moitié du championnat, les coéquipiers de la fine gâchette Thomas Ramos –meilleur réalisateur du championnat- ont battu les deux relégués de Top 14 Oyonnax et Agen en renversant à chaque fois des situations difficiles tout comme lors de la victoire à Perpignan en octobre dernier. Parfait exemple d’une équipe et d’un collectif soudés, bien décidés à ne rien lâcher. À suivre.

 

Vannes s'impose à Biarritz – Le 4 novembre 2016

Quand un ancien champion de France et club historique du rugby français rencontre un promu breton qui dispute sa première saison à ce niveau, personne ne s’attend à ce que ce soit le petit poucet qui fasse sa loi. Et pourtant…c’est bel et bien ce qui est arrivé au Biarritz Olympique, surpris à domicile un soir de novembre par Vannes dans le cadre de la 10ème journée. Menés 14-0 après 30 minutes de jeu et 19-10 à la mi-temps, les Vannetais se rebellent, ferment boutique en défense et coiffent les Biarrots sur le poteau par une dernière pénalité de Bouthier. Score final : 22-23. Exploit!

 

Montauban prend la première place - Le 9 décembre 2016

C’est la très grosse côte de la saison en cours. Un peu à la manière d’un autre club midi-pyrénéen la saison passée – en l’occurrence Colomiers – Montauban s’invite cette saison à la table des grands et des gros du championnat de par ses performances. Invaincus durant sept journées entre le 21 octobre et le 16 décembre, les Tarn-et-Garonnais se sont mêmes permis d’occuper la première place du classement après leur victoire sur l’Usap 31-0 dans leur cuvette de Sapiac où ils sont cette saison pour l’instant intouchables. Reste à savoir jusqu’où peuvent aller les Vert et Noir. Montauban est actuellement troisième à un point du leader Oyonnax.

 

Soyaux-Angoulême surprenant cinquième – Le 18 décembre 2016

Vannes a montré de drôles de qualités durant les dix premières journées comme nous l’avons dit ci-dessus mais que dire de l’autre promu Soyaux-Angoulême. Plus régulier que son homologue breton, le SA XV a pris la mesure de ce championnat en s’offrant le scalp de toutes les équipes qui sont venus lui rendre visite à Chanzy. Colomiers, Montauban, Aurillac sont venus s’y casser les dents alors qu’à l’extérieur Soyaux est allé l’emporter à Biarritz et s’est accroché à chaque fois sur les autres terrains. Sa victoire sur Colomiers juste avant la trêve 26-25 est un signal d’avertissement. Si le championnat s’arrêtait demain, les Charentais disputeraient une demi-finale. Attention, ce promu est costaud, très costaud.

 

Le chiffre : 34

Comme le nombre de victoires consécutives d’Aurillac à domicile sur sa pelouse de Jean-Alric. Les Aurillacois n’ont plus perdu à domicile depuis novembre 2014. Forteresse.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?