Le Top 5 des révélations mondiales de 2016

  • Le Top 5 des révélations mondiales de 2016
    Le Top 5 des révélations mondiales de 2016
Publié le , mis à jour

En 2016, les All Blacks ont continué d’asseoir leur domination sur la planète rugby grâce notamment à l’émergence de nouveaux talents. Et de côté-là, force est de constater que certaines autres nations ne sont pas non plus en reste. Midi Olympique vous délivre son top 5 des révélations mondiales de l’année écoulée.

Maro Itoje, deuxième ligne, Angleterre

L’Oscar monde Midi Olympique restera comme LE phénomène de cette année 2016, ne serait-ce que par ses statistiques hallucinantes. Entre mai 2015 et septembre 2016, le Londonien natif de Camden a gagné les 31 rencontres qu’il a commencées. En 2016, il a gagné 26 des 27matchs qu’il a joués comme titulaire. Ces chiffres ne donnent qu’un aperçu de tout ce qu’il amène à ses deux équipes, les Saracens et le XV de la Rose avec lesquels il a tout gagné cette année. Avec son aîné George Kruis ils forment en club et en sélection un des attelages les plus performants du rugby mondial. Amateur de poésie au sens littéral du terme, brillant et ancien lanceur de poids, à 21 ans, Itoje semble parti pour une carrière colossale. Son activité est effrénée aussi bien en touche que dans les rucks et le jeu courant, que ce soit en troisième ou en deuxième ligne. On pourrait le voir avec la tunique rouge des Lions Britanniques lors de la tournée en juin 2017 chez les champions du monde néo-zélandais. Attention, phénomène !

Source : Rugby BsporTV

 

Beauden Barrett, demi d’ouverture, Nouvelle-Zélande

Les All Blacks ont perdu un dix de légende avec le départ de Dan Carter pour la France et le Racing 92. Mais ils ont très vite trouvé un remplaçant avec Beauden Barrett. À seulement 25 ans, le numéro 10 de la franchise des Hurricanes a éclaboussé de toute sa classe l'année 2016. Le natif de New Plymouth s'est même permis de faire gonfler son palmarès après le titre de champion du monde 2015 en remportant le Super Rugby , les Four-Nations et le titre de meilleur joueur World Rugby, rien que ça. Barrett est en train de marcher sur les traces de son illustre prédecesseur et la concurrence d'Aaron Cruden ne semble pas lui poser de problème comme le prouve ses statistiques effarantes : neuf essais en dix-huit matchs avec sa province, sept essais en dix tests avec sa sélection. Vif, aux crochets et aux inspirations déroutantes ballon en main, Barrett a peu de défauts, réussissant toujours à se faufiler dans les défenses. Ne lui reste plus qu'à se montrer plus adroit dans ses transformations et ses pénalités tentées mais qu'on se le dise, ce joueur c'est de l'or en barre !

Source : RugbyMontagesHD

 

CJ Stander, troisième ligne , Irlande

Après Jamie Heaslip, l'Irlande s'est découvert un nouveau troisième ligne de classe internationale en la personne du flanker du Munster. Venu d'Afrique du Sud, et des Blue Bulls de Pretoria, Christiaan Johan Stander, joueur du Munster depuis 2012, a fait irruption lors du dernier Tournoi où il fut systématiquement titularisé par son sélectionneur Joe Schmidt. En suivant, il fut aussi du premier succès de l'histoire du XV du Trèfle en Afrique du Sud en juin, de l’exploit face aux Blacks à Chicago, match duquel au cours duquel il inscrit un essai – premier succès irlandais après 111 ans de défaites- et enfin de la victoire contre les Australiens à Lanwdowne Road en novembre. Trois matchs mémorables où il aura donné du fil à retordre à ses vis-à-vis. Le Bok de Cork est une véritable bénédiction pour l’Irlande qui peut compter sur lui aux côtés des O'Mahony et O'Brien. Capable de couvrir les trois postes, puissant et techniquement au-dessus de la moyenne, il sera à suivre dans les prochains mois que ce soit avec sa province ou le maillot vert.

Source : John Smith

 

Facundo Isa, troisième ligne, Argentine

Les Argentins n’ont certes pas été si rayonnants que lors de la Coupe du monde 2015 où ils s’étaient hissés jusqu’en demi-finale. En difficulté en juin face à la France (une victoire, une défaite), les Pumas ont livré un Four Nations mi figue-mi raisin, s’imposant enfin à domicile face à l’Afrique du Sud (26-24) mais concédant d’assez lourdes défaites en Australie (33-20) et surtout en Nouvelle-Zélande (57-22). Cette équipe encore en construction avec de jeunes joueurs peut toutefois compter sur une troisième ligne à très fort potentiel, duquel émerge Facundo Isa. Impressionnant à chaque sortie avec sa franchise des Jaguares, le jeune joueur de 23 ans natif de Santiago del Estero, passé par Toulon lors de la saison 2013-2014 (un match avec les pros) a confirmé en livrant un Four Nations plein et une tournée d’automne pleine de belles promesses. Sélectionné à 25 reprises, il a déjà inscrit cinq essais. Toujours dans l’avancée et disposant d’un bagage technique plutôt intéressant, à parfaire, c’est également un défenseur réputé pour être dur sur l’homme. En troisième ligne, entouré de ses jeunes compères Matera, Ortega Desio et les expérimentés Leguizamon et Senatore, Isa est en train de sortir les griffes.

 

Source : Observatoire béarnais

 

Liam Williams, arrière/ailier, Pays de Galles

Que font les Gallois lorsqu’ils ne disposent pas de Leigh Halfpenny pour jouer à l’arrière ? Warren Gatland et ses adjoints ont trouvé la solution en la personne de Liam Williams. Atout offensif numéro un de la province des Llanelli Scarlets, Williams n’est pas un inconnu du XV du Poireau (il compte déjà 38 sélections pour 40 pts inscrits dont 8 essais) mais cette saison le joueur a pris une nouvelle dimension. En raison principalement des test-matchs disputés en juin dernier du côté de la Nouvelle-Zélande. Titulaire en l’absence de Leigh Halfpenny retenu avec son club de Toulon pour disputer les phases finales de Top 14, le joueur de Morriston a éclaboussé de toute sa classe le premier test-match disputé à l’Eden Park d’Auckland. Grâce à une inspiration géniale au centre du terrain pour son demi de mêlée Webb, il permettait même aux Gallois de mener au score à la mi-temps 18-15. Repositionné à l’aile les deux tests suivants, Williams ne s’est pas laissé impressionner par ses adversaires champions du monde. Cette saison avec les Scarlets, il a notamment brillé lors de la double confrontation face à Toulon. L’an prochain, il sera de l’armada des Saracens et son prochain Tournoi des Six Nations sera scruté de très près par tous les amoureux des relances tranchantes.

Source : All Blacks À 1'50

 

Ils méritaient d’y figurer : Tadhg Furlong (pilier droit, Irlande), Robbie Henshaw (centre, Irlande), Jonny Gray (deuxième ligne, Écosse), Baptiste Serin (demi de mêlée, France), Viremi Vakatawa (ailier, France), Rees Hodge (centre, Australie), Kyle Godwin (demi d'ouverture, centre, Australie), Sean McMahon (troisième ligne, Australie), Anton Lienert-Brown (centre, Nouvelle-Zélande), Codie Taylor (talonneur, Nouvelle-Zélande), Ardie Savea (troisième ligne, Nouvelle-Zélande).

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?