Lyon, une page à tourner

  • Lyon, une page à tourner
    Lyon, une page à tourner
Publié le

Après quatre défaites de rang, le LOU se doit de l’emporter face à l’Union Bordeaux-Bègles pour éviter de tomber dans une spirale négative.

Lyon n’a plus connu la victoire en Top 14 depuis le 6 novembre. Le LOU, si bien parti pour décrocher un maintien historique, est à l’arrêt. La dernière sortie à Brive, complètement ratée selon les mots du manager Pierre Mignoni qui n’a pas dû apprécier la bûche de Noël, n’a pas rassuré même si l’ancien demi de mêlée appelle au calme : « Il n’y a pas encore d’état d’urgence. Nous venons de disputer beaucoup de matchs à l’extérieur et nous avons failli gagner les deux premiers. Certainement que ces deux courtes défaites, lors desquelles nous avons quand même réussi à prendre le bonus défensif, ont mis un coup au moral de l’équipe et, en suivant, nous avons perdu à domicile contre Castres au terme d’un non-match. »

 

L’expérience des cadres

Un simple coup au moral, rien de plus pour le Lou qui espère briser cette spirale de défaites face à l’Union Bordeaux-Bègles. Pas question de tout revoir, de tout remettre en cause. Le problème ne vient pas des jambes mais plutôt de la tête selon le technicien rhodanien : « Il faut avoir confiance en nous. Nous allons y arriver même si la tâche qui nous attend est grande face à une belle équipe de l’Union Bordeaux-Bègles. Mais nous ne sommes pas devenus beaucoup moins bons du jour au lendemain. Nous avons déjà battu de très belles équipes de ce championnat à domicile. Nous savons le faire et nous savons ce que nous devons faire. À nous de rester sereins et de ne pas céder à la panique. » Perdre une rencontre à domicile n’a rien de préjudiciable et les Lyonnais en sont bien conscients puisque ce groupe est composé de joueurs qui connaissent bien les rouages de ce championnat avec des joueurs comme le capitaine Julien Puricelli, Julien Bonnaire, David Attoub ou Frédéric Michalak. Comme eux, le deuxième ligne Thibaut Privat fait office de sage : « Une saison n’est jamais une longue et belle ligne droite. Effectivement, nous avons besoin de nous ressaisir sur le plan des résultats mais nous n’avons pas besoin de nous mettre une pression supplémentaire. Nous connaissons l’importance de ce match face à l’UBB et nous devons simplement nous serrer les coudes. Il est vrai que notre groupe n’a pas une grande expérience en commun mais, sur le plan individuel, tous les joueurs en ont énormément. À nous de donner le meilleur et de vite retrouver des semaines plus joyeuses. Et c’est toujours le cas après des victoires. »

 

Gerland en toute sérénité

Les Lyonnais, pas vraiment gâtés à Noël, veulent retrouver un peu d’ivresse pour le passage à la nouvelle année, mais aussi pour quitter Vénissieux avec le sentiment du travail accompli. Les victoires sont le meilleur argument de vente pour remplir un stade. Alors, en plus de coucher l’espoir renaissant chez les Grenoblois, un succès face à l’équipe de Raphaël Ibanez serait un bon coup de pouce avant d’emménager au Matmut Stadium de Gerland en plein cœur de Lyon. « Arriver à Gerland avec sérénité est en effet important, poursuit l’ancien deuxième ligne de Montpellier. Ce projet est très excitant et nous avons le sentiment que c’est le démarrage de quelque chose de très fort pour le club. » Reste maintenant à ne pas débarquer dans leur nouveau chez soi avec le trouillomètre à zéro. Ce ne serait pas la meilleure des façons pour s’y sentir rapidement comme à la maison.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?