Pierre-Olivier Valaize : « Il y a les contrats, et puis il y a des hommes »

  • Pierre-Olivier Valaize : « Il y a les contrats, et puis il y a des hommes »
    Pierre-Olivier Valaize : « Il y a les contrats, et puis il y a des hommes »
Publié le , mis à jour

L’ASBH a officialisé, mardi, les arrivées de David Aucagne (entraîneur principal) et David Gérard (consultant avants) pour les six prochains mois, en remplacement de Manny Edmonds et Romain Carmignani, licenciés le 14 décembre. Pierre-Olivier Valaize s’est exprimé concernant ce choix.

Pourquoi avez-vous choisi David Aucagne et David Gérard ?

Nous avons consulté beaucoup de personnes intéressées pour reprendre la barre de l’ASBH. Pour son expérience en Pro D2 et en Top 14, aussi bien en tant que joueur qu’en tant qu’entraîneur, David Aucagne a un profil qui convient à la situation, d’autant plus qu’il connaît un certain nombre de nos joueurs. Je connaissais moins David Gérard, mais je sais qu’il a été à l’école de Guy Novès, et il m’a plu dans son approche. Les deux se connaissaient, ont joué ensemble, ce qui facilitera le futur attelage.

Le fait que David Gérard n’ait jamais entraîné à haut niveau ne vous a-t-il pas fait peur ?

Les entraîneurs qui sont passés à Béziers ces dernières années n’avaient pas toujours connu le haut niveau. Et ce n’est pas pour cela qu’ils n’ont pas connu la réussite. Ce qui compte, c’est aussi les rencontres avec les hommes, et certaines nous ont convaincus de faire ce choix.

Quels objectifs avez-vous fixés à ce nouveau duo ?

Inutile de se cacher, l’objectif est le maintien en Pro D2. À plus court terme, c’est que l’équipe puisse bien aborder le premier match de l’année contre Soyaux-Angoulême (le 6 janvier à la Méditerranée, N.D.L.R.), qui va arriver très vite. Plus globalement, ce sont les trois réceptions du mois de janvier (avec Narbonne le 20 et Aurillac le 27) qui seront ultra-importantes. Il reste quinze matchs, on recommence un nouveau championnat.

Un mot sur l’autre recrue, Jonathan Best (contrat de six mois), également annoncée mardi ?

Là aussi, c’est une rencontre humaine. Il a envie de rejouer, de se retrousser les manches. On espère qu’il nous apportera son expérience et surtout sa hargne sur le terrain comme il l’a fait pendant des années à Grenoble. Il peut en plus évoluer en deuxième et en troisième ligne, les postes ciblés. Et comme il arrive comme joueur supplémentaire, on garde la place pour un joker médical si besoin.

Avec du recul, comment expliquez-vous cette première moitié de championnat ratée ?

C’est assez difficile. On a évoqué plusieurs fois divers ingrédients, les aléas du championnat. L’année dernière, beaucoup de choses nous avaient réussi. Cette année, les rebonds ont été défavorables, entre les cartons rouges, les blessures. Le club avait besoin d’air frais, de nouveauté. C’était peut-être l’usure normale de plusieurs saisons avec le même discours.

Manny Edmonds avait prolongé pour trois ans avant d’être écarté. Comment allez-vous assumer cette décision sur le plan financier ?

J’avais discuté avec lui à la fin du bloc précédent. On ne va pas effacer tout ce qui a été fait. Manny Edmonds était arrivé avec Christophe Hamacek à un moment où le club était en difficulté, je ne l’oublie pas. Il a apporté du professionnalisme au club, il y a eu énormément de positif. À la sortie, il a été capable d’assumer ses responsabilités, le club aussi. Il y a les contrats, et puis il y a des hommes …

Le spectre de la Fédérale 1, où Béziers évoluait à votre arrivée (2011), hante-t-il vos nuits ?

Il ne faut pas se projeter là-dessus. On a des joueurs et un effectif de qualité, on a simplement besoin de fraîcheur, et de ne pas être paralysés par ça. Il reste huit matchs à la maison, soit plus de la moitié. Aujourd’hui, on commence à récupérer les blessés, et on aura quasiment l’effectif au complet dans peu de temps. Aux joueurs de montrer qu’on n’a pas perdu notre rugby.

Propos recueillis par Julien Louis

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?