Toulon a aussi du coeur

  • Toulon a aussi du coeur
    Toulon a aussi du coeur
Publié le , mis à jour

Au terme d'un match très physique et d'une incroyable débauche d'énergie, Toulon, marqué par les blessures de Taofifenua, Ollivon et Escande, s'offre le scalp du champion de France en titre (17-11) et se relance.

Le match

Pour ce remake de la finale de l’an passé, les deux équipes qui se retrouvaient pour la cinquième fois en moins d'un an  ont respecté le protocole d’avant-match avec une certaine sobriété et une certaine classe disons-le. Le Racing se permettait même en digne héritier des années show-biz de se faire servir le champagne sur la pelouse de Mayol avant le coup d’envoi. Une fois cet instant solennel passé, les deux équipes délaissaient leur habit de prestige pour enfiler leur tenue de combattants. Les premiers instants de la rencontre donnaient le ton, le match serait engagé ou ne serait pas. Toulon, visiblement motivé comme jamais montrait beaucoup d’envie d’entrée de jeu et de dynamisme à l’image de Mathieu Bastareaud qui échappait à Claassen et Nyanga à la 5ème minute de jeu pour échouer tout près de la ligne d’en-but, après un plaquage salvateur de Dulin. Avec énormément d’agressivité dans les impacts, les organismes étaient soumis à rude épreuve. Au bout de dix minutes de jeu, les Rouge et Noir perdaient Taofifenua obligé de sortir après que son genou droit ait vrillé alors que le Racing voyait Eddy Ben Arous, sortir sur protocole commotion pendant quelques instants. Le Racing faisait face à un Toulon percutant qui avait décidément la guigne puiqsue les Varois perdaient Charles Ollivon blessé avec une fracture de la cheville et remplacé par l’ancien Racingman Juandré  Kruger, ainsi que le demi de mêlée Éric Escande, sévèrement entaillé à la main et remplacé à son tour par Sébastien Tillous-Borde. Cela n’empêchait par  Toulon porté par un Mathieu Bastareaud en furie d’impulser du jeu. Le Racing, sous pression mais serein et sûr de sa force faisait le dos rond alors que le score tournait à 3-3 à la demi-heure de jeu. Les Racingmen se permettaient même de faire tanguer la mêlée varoise à la 33ème  et Dan Carter rajoutait trois points d’avance aux Ciel et Blanc. Dans une première période avec peu de points, Toulon voyait ses offensives récompensées avec un essai de Ma’a Nonu tout en puissance. Le centre néo-zélandais se trouvait à la conclusion d’une belle remise intérieure de Bryan Habana après une passe de Pierre Bernard. Leigh Haflpenny manquait la transformation, gêné vraisemblablement par la musique de Star Wars improvisé en sirène.

La deuxième mi-temps plus hâchée et disputée sur un tempo moins effréné durant les dix premières minutes voyait Nonu gâcher une occasion d’essai à la 50ème. Le Racing ne se faisait pas prier pour profiter de cette occasion ratée en investissant le camp varois et scorait avec un essai de Szarsewski après un modèle de groupé pénétrant. Les équipes continuaient à se neutraliser dans le jeu avant que deux pénalités de Hafpenny ne permette à Toulon de reprendre de l'avancée. Le RCT bien décidé à ne pas se faire surprendre par son rival francilien serrait les boulons en défense et en mêlée lors des dernières minutes pour s'offrir un succès de prestige.

 

Le tournant : Le carton jaune de Dulin

Bien en place en première période et résistant aux offensives varoises à la manière du champion de France qu'il est, le Racing 92 se voyait pourtant amputé d’un joueur sorti non pas sur blessure mais sur carton jaune. À la 35ème, au contest sous une chandelle avec Leigh Halfpenny, le Francilien télescopait son vis-à-vis gallois en l'air qui retombait sur le dos. Romain Poite décidait alors de sortir le carton jaune. Le Racing à 14 contre 15 encaissait un essai trois minutes plus tard.

 

L’action : L’essai de Nonu

Après un ruck, les Toulonnais partent côté gauche. Bryan Habana est servi en bout de ligne après une sautée de Bernard. L'ailier sud-africain accélère le long de la ligne de touche et remet intérieur pour le centre all black qui va défier frontalement Teddy Thomas. Mayol peut exulter.

 

Le joueur : La paire de centres Ma’a Nonu / Mathieu Bastareaud

Ils sont deux à avoir marqué le match de leur réelle empreinte. La paire de centre toulonnaise Nonu- Bastareaud a fait mal au Racing, à l'image du premier cité, auteur d'un essai tout en puissance. De son côté, on ne sait si Mathieu Bastareaud voulait envoyer un message à Guy Novès.Dans l'avancée permanente ballon en main, et très précieux dans les rucks, comme dans le travail défensif, Bastareaud avait à coeur de faire un grand match. Chose réussie, puisqu'il a livré une prestation aboutie. 

 

Les meilleurs :

À Toulon : Guirado, Gorgodze, Vermeulen, Nonu, Bastareaud, O’Connor.

Au Racing 92 :  Nakarawa, Masoe, Chavancy, Dulin.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?