Clermont éteint Toulon

  • Clermont éteint Toulon
    Clermont éteint Toulon
Publié le , mis à jour

Les Clermontois n'ont pas loupé leur rendez-vous face à Toulon, empochant la victoire assortie du bonus offensif 30-6 . Ce qui leur permet de retrouver la première place. Encourageant avant le retour de la Coupe d’Europe. Pour Toulon, jamais dans le coup, il reste encore beaucoup de travail.

Le résumé

Il se passe toujours quelque chose lors d’un Clermont-Toulon, confrontation qui donne souvent lieu ces dernières annéers à des matchs à l’intensité terrible et aux renversements de situation impensable. Au regard du premier acte, l’adage ne s’est pas avéré trompeur, du moins dans l’intensité mise dans les rucks et dans le cours du jeu, comme en témoignent les féroces percussions de Vermeulen, Gorgodze, Ulugia, Kolelishvili and co. Pierre Bernard, contraint de passer un protocole commotion à la demi-heure de jeu pouvait lui aussi en témoigner. Sur la pelouse clermontoise, les deux équipes, rivales, ne se sont pas réellement fait de cadeaux. Cependant, Clermont aura dominé de la tête et des épaules les quarante premières minutes malgré une bonne entame varoise symbolisée par le drop de ce même Bernard dès la deuxième minute. La suite ? Une équipe auvergnate qui prenait le contrôle du jeu, asseyait sa domination en mêlée fermée et mettait constamment sous pression les Rouge et Noir, sans idées et très restrictif dans leur jeu et dans la possession du ballon. Clermont n’en profitait peut-être même pas assez, cafouillant de nombreux ballons et en ne menant seulement au score 15-3 au moment d’aller se réchauffer dans les vestiaires d’un stade Marcel-Michelin presque à guichets fermés pour l’occasion. À sept contre huit en début de seconde période, et sans Gill, les Varois retrouvaient un peu d’allant. Insuffisant toutefois pour contrarier Clermont, sûr de sa force même sans Kolelishvili, qui recevait un carton jaune pour fautes répétées. Dans une deuxième mi-temps où le rythme était moins enlevé et où Toulon essayait avec les changements de faire un peu son retard , Clermont portait l’estocade finale à la 67 ème minute avec une interception de Fofana rattrapé par Habana mais dont l’essai -celui du bonus offensif- était finalement validé après arbitrage vidéo. Avant que Lamerat ne sécurise le point de bonus offensif après un nouvel essai. Au terme du match, Clermont retrouve sa première place, laissée à La Rochelle le temps de petites vingt-quatre heures. Pour Toulon, à l’image d’un Vincent Clerc qui restait au sol après un placage, et se trouvait en pleurs sur le banc de touche, la soirée était amère.

 

Le joueur : Wesley Fofana

Brillant, à l’image de ses dernières prestations que ce soit sous le maillot bleu ou avec le maillot auvergnat, Wesley Fofana a encore une fois dynamité le centre du terrain, se montrant tranchant face à la paire Nonu-Mermoz. Toujours incisif sur son premier crochet, le joueur se permettait même d’inscrire un essai plein d’opportunisme après une interception sur une attaque toulonnaise à la 67ème.

 

L’essai

À la 67ème alors que les Varois ont un ballon d’attaque, Wesley Fofana surgit et intercepte la passe entre la passe entre O'Connor et Nonu... . Le centre résiste au retour d’Habana et aplatit l’essai du bonus offensif. L’arbitrage vidéo demandé par M.Brousset dans un second temps révèle toutefois le caractère litigieux de l’action et un essai marqué du sceau du doute puisque le ballon semble effleurer l’en-but.

 

Le fait du match : Toulon n’a pas existé en mêlée fermée

Le RCT avait fait tourner pour l’occasion en première ligne. Et s’attendait donc à se faire fortement chahuter par sa rivale auvergnate. C’est exactement ce qu’il est passé. Clermont ne s’est pas fait prier pour mettre au supplice sa vis-à-vis, emmené par un Zirakashvili des grands soirs . Les Varois n’ont concédé pas moins de quatre pénalités en premeière période, encaissant de surcroît un essai de pénalité juste avant la pause. Les changements de piliers à la demi-heure de jeu n'y ont rien fait. En deuxième période, le combat fut certes plus équilibré mais le mal était déjà fait. Du travail en perspective pour Marc Dal Maso et le nouveau consultant Richard Cockerill.

 

Les meilleurs : À Clermont : Ulugia, Zirakashvili, Kolelishvili, Lee, Parra, Fofana, Lamerat, Toeava.

À Toulon : Gorgodze, Vermeulen, O’Connor.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?