Convocation par la commission de lutte anti-dopage: ce qu'en dit Nyanga

  • Convocation par la commission de lutte anti-dopage: ce qu'en dit Nyanga
    Convocation par la commission de lutte anti-dopage: ce qu'en dit Nyanga
Publié le , mis à jour

Comme son coéquipier Brice Dulin, Yannick Nyanga a été convoqué devant la Commission de Lutte contre le dopage. En cause, un contrôle anormal à l'higénamine. Une situation que vit très mal l'ancien Toulousain. 

Yannick Nyanga a été convoqué par la Commission de Première Instance de Lutte contre le Dopage. Le troisième-ligne du Racing-Métro 92 comparaîtra le 26 janvier. L'ancien Toulousain a été contrôle par l'Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD), le 8 octobre dernier après le match de son équipe contre le Stade Français. Un résultat anormal à l'higénamine a été détecté dans ses résultats. Il s'agit d'un composant chimique qu'on trouve dans certaines plantes et qui apparaît dans certains compléments alimentaires. C'est un bêta-stimulant brûleur de graisse.

Brice Dulin, son coéquipier au Racing, a lui été aussi contrôle avec la même molécule. Il s'expliquera le 7 mars prochain devant la Commission. Pour rappel, le footballeur Mamadou Sakho avait été détecté positif à la substance, avant d'être blanchi par les experts de l'UEFA. L'higénamine a été ajouté à la liste des produits interdits par l'Agence Mondiale Antidopage au 1er janvier 2017 suite à cette affaire. En 2016, elle ne figurait donc pas dans la liste de l'AMA à laquelle se réfère l'AFLD en cas de doute sur un produit. 

" Je vis cela comme une injustice "

Yannick Nyanga est revenu dans les colonnes du Parisien sur son contrôle anti-dopage. A nos confrères, le troisième-ligne a fait part de "son incompréhension". L'international français affirme avoir fait toutes les mesures de contrôle pour vérifier que la substance n'est pas interdite. " L'higénamine se trouve dans des boissons à l'effort dynamisantes que j'utilise depuis quatre-cinq ans. J'ai cherché sur le site de l'AFLD. Elle n'est pas interdite ", explique-t-il. Et même s'il accorde du crédit à l'AFLD, il vit sa situation " comme une injustice ". " Il y a un ras-le-bol [...] Heureusement ça m'arrive à 33 ans, alors que je suis accompli mentalement. Mais un truc comme ça, un jeune joueur, ça peut le détruire", conclut Nyanga. Reste à savoir si ses explications convaincront la Commission. 

Par Pierre Loevenbruck

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?