Matt Giteau, clés en mains

  • Matt Giteau, clés en mains
    Matt Giteau, clés en mains
Publié le

De retour contre Sale, Matt Giteau connaîtra sa première titularisation de la saison chez les Saracens. Drôle de baptême du feu pour le magicien australien, qui portera en partie l'avenir du RCT sur ses larges épaules.

Il aura fallu vingt-neuf petites minutes à Matt Giteau pour éclairer à nouveau le jeu du RCT. Le temps pour lui de se rassurer sur la bonne santé de sa cheville, de reprendre ses marques au sein du collectif varois et d'enflammer Mayol. Avant son entrée les Toulonnais n'avaient trouvé la faille dans la défense anglaise qu'à une seule reprise, dès la 3e minute. Entre cet essai de Ma'a Nonu et l'entrée de Matt Giteau ? Le néant. Incapables de donner le coup de rein, les Rouge et Noir buttaient sur une défense de Sale bien organisée. L'entrée du magicien australien a coïncidé avec l'embellie de son équipe. Trois essais (Habana 60e, Pélissié 77e, Tuisova 80e), un bonus arraché sur la sirène et une rêve européen prolongé. « Quand tu prends des mecs à quatre-vingt sélections dans une équipe, ça fait des grands matchs. Avec Giteau, Smith ou encore Tuisova, ce n'est plus la même équipe » louait Mourad Boudjellal après la rencontre. Car s'ils n'ont pas gagné le match à eux trois, ils ont en tout cas fait basculer la rencontre, Giteau en tête. Et si Mike Ford confiait la semaine précédent la réception de Sale qu'il aurait été préférable de laisser encore un peu de temps à son polyvalent wallaby, Matt Giteau s'est chargé de rassurer tout le monde.

 

Dépositaire du jeu contre les Saracens

Sans prendre de risques inconsidérés, le demi d'ouverture du RCT s'est contenté de distribuer à merveille et a remis de l'avancée dans le jeu toulonnais. Une entrée suffisamment convaincante pour récupérer une place de titulaire pour ce match à la vie à la mort sur la pelouse des Saracens. De quoi rassurer ses coéquipiers ? « On a des habitudes de jeu avec Matt. On se connaît, on joue depuis longtemps ensemble, c'est bon pour la confiance. […] C'est un joueur qui créé beaucoup de danger autour de lui, il connaît aussi tous les joueurs et il va amener un peu de folie » appréciait Sébastien Tillous-Borde en milieu de semaine. Même son de cloche chez Bryan Habana. « Le retour de « Gits » est important pour l’équipe. Selon moi c’est un joueur fantastique, un joueur de classe mondiale. Il suffit de voir ce qu’il a apporté lors de son entrée contre Sale. » Et finalement, plus que sa classe et son talent, c'est l'aura de Matt Giteau qui comptera face aux Sarries. Dans un match duquel les Toulonnais doivent ramener au moins un point de bonus (pour espérer une qualification), au mieux une victoire (pour assurer la qualification), le demi d'ouverture aux 103 sélections sera la courroie de distribution toulonnaise mais également le patron d'un collectif parfois en manque de maîtrise depuis le début de saison. Face à Owen Farrell, Matt Giteau aura l'immense responsabilité d'animer l'attaque varoise, même si Bryan Habana préfère tempérer. « Matt c’est certain que c’est un grand joueur, mais attention il n’y a pas que lui dans l’effectif, nous avons d’autres grands joueurs et j’espère surtout que nous arriverons à jouer ensemble face aux Saracens. Ce n’est pas parce que Matt Giteau revient que nous allons gagner, il faut que l’équipe fasse un gros match. » Un grand match pour un joueur qui pourrait disputer ses derniers mois sur la rade. En fin de contrat (et alors que Mourad Boudjellal aurait obtenu l'accord de Luke McAlister pour évoluer à l'ouverture ou au centre la saison prochaine) il reste cinq petits mois au polyvalent australien pour marquer un peu plus l'histoire d'un club avec lequel il a tout gagné... Le match dans la banlieue nord-ouest de Londres, face aux Champions d'Europe en titre, pourrait en tout cas relancer la saison du RCT.

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?