XV de France : Quelles incertitudes pour la composition ?

  • XV de France : Quelles incertitudes pour la composition ?
    XV de France : Quelles incertitudes pour la composition ?
Publié le , mis à jour

Sans grande surprise, Guy Novès et ses adjoints vont s’appuyer sur l’ossature des tests-matchs de novembre pour construire leur équipe qui affrontera l’Angleterre, samedi à Twickenham. Au gré des absences et des volontés stratégiques, quelques postes restent toutefois en suspens. Tour d’horizon.

Les amateurs de grande lessive devraient vivre une triste journée, ce jeudi. Sans surprise, c’est avec une grande majorité des têtes de novembre qui prendront le couloir de Twickenham, samedi en fin d’après-midi, pour y défier le XV de la Rose invaincu depuis treize rencontres. Pour les ajustements, Serin pourrait être préféré à Machenaud à la mêlée, dans un jeu de chaises musicales entre les deux habituels du poste. Au centre, Fickou devrait remplacer Fofana, lourdement blessé (tendon d’Achille). Devant, c’est aussi la continuité qui devrait primer. Comme en novembre, les blessures et forfaits au poste des habituels piliers gauches (Ben Arous et Poirot) ont forcé le sélectionneur à rappeler Cyril Baille et Xavier Chiocci, comme lors des deux derniers tests-matchs de novembre. Si la hiérarchie n’est pas clairement définie entre les deux joueurs, c’est le Toulousain qui tient la corde pour commencer aux côtés de Guilhem Guirado et Uini Atonio, désormais installé comme titulaire à droite de la mêlée.

Chouly et Goujon en balance stratégique

Parmi les joueurs qui commenceront, sauf invraisemblable retournement de situation, on trouve également Louis Picamoles et Kevin Gourdon, grand gagnant des tests-matchs de novembre et nouvelle coqueluche du public français. « Je savais Kevin brillant dans certains secteurs mais pour répondre aux contraintes du niveau international, il fallait qu’il démontre aussi une capacité de joueur de rugby basique, combattant. Qu’il exprime un peu plus ce tempérament, qui n’est pas sa première qualité. Je voulais qu’il relève ce défi physique imposé par les Blacks. Il l’a fait, tout en conservant cette dose d’intelligence, de finesse technique. Il a créé des brèches dans l’évitement. C’est quelqu’un qui se construit un bel avenir avec nous », donnait Novès dans nos colonnes à l’issue de la rencontre face aux All Blacks. Qui sera son pendant, à l’aile de la troisième ligne ? Deux scénarios, pour deux stratégies : titulariser Damien Chouly, pour densifier le secteur de la touche à s’assurer la présence d’un joueur rompu à ses rencontres de haut niveau, à l’atmosphère si particulière. Ou lui préférer le Bordelais Loann Goujon, au nom de la puissance. La décision sera prise en début de semaine.

Qui pour accompagner Vahaamahina ?

En deuxième ligne, Sébastien Vahaamahina est un autre gagnant de novembre. Sa masse dans le combat, qui n’empêche pas une belle capacité de déplacement, en fait désormais une évidence. À ses côtés, les jeux sont ouverts. Maestri revient de blessure. Iturria est la sensation du moment mais n’a aucune expérience internationale. Dans son contexte, la cote de Ledevedec est belle même si Maestri reste un taulier.

Quelle place pour Huget ?

Dans le triangle arrière, enfin, l’incertitude demeure. Vakatawa, à l’aile, est un incontournable. Ensuite, plusieurs options se présentent. La grande forme de Nakaitaci et Huget incitent à les titulariser conjointement, dans un système où le Toulousain prendrait le fond du terrain. Mais la tentation de conserver Spedding, notamment pour la longueur de son jeu au pied, est réelle. Le deuxième poste d’ailier pourrait alors être laissé à Nakataici, qui est actuellement sur un nuage, a convaincu lors des tests de novembre et compléterait, alors, une ligne d’attaque au fort accent clermontois.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?