Luciano Orquera, bon pied, bon œil

  • Luciano Orquera, bon pied, bon œil
    Luciano Orquera, bon pied, bon œil
Publié le , mis à jour

L’international italien, qui prépare l’après-rugby, est devenu un atout de choix pour le Stade Niçois, dans ses rêves de montée au niveau supérieur.

« Il n’a pas l’air comme ça mais il est solide ! Au club, on dit parfois qu’il est en kevlar. » Le président niçois, Patrice Prévôt, a le sourire quand il s’agit d’évoquer une de ces recrues de la dernière intersaison, Luciano Orquera. L’ancien international italien (48 sélections) a en effet rejoint la Côte d’Azur et la Fédérale 2 l’été dernier. Après une saison à Massy en Fédérale 1, il a choisi d’écouter la voix de la raison et a commencé sa reconversion. Alors qu’il avait encore des propositions de plusieurs clubs de Fédérale 1, il a choisi de sauter sur l’occasion de mettre un pied dans la vie active. Ouvreur du Stade niçois plusieurs soirs par semaine et le week-end, il est agent immobilier le jour, du côté d’Antibes-Juan-les-Pins. « Si nous étions montés en Pro D2 avec Massy, je serais resté, explique-t-il. Mais à 35 ans, il faut penser à l’après et j’ai trouvé une opportunité dans l’immobilier. »

Les deux premières places en vue

Et à Nice, il n’est pas très loin de l’Italie et bénéficie d’un cadre de vie qu’il recherchait. Et il découvre un bon niveau de jeu en Fédérale 2, lui qui a joué dans des clubs habitués à jouer sur les deux tableaux- nationaux et européens - avec Auch (2005-2006) ou les Zebre (2014-2015) par exemple. « Le niveau n’a rien à voir, reconnaît-il. Nos adversaires sont souvent costauds et portées sur l’agressivité. Souvent, les équipes aiment bien la bagarre. Il y a aussi beaucoup de fautes au sol, ce qui ralentit beaucoup le jeu. Et il n’y a pas d’arbitres de touche, c’est souvent compliqué.»

Avec son curriculum vitae, son expérience et son poste, Luciano Orquera est en outre souvent au centre de l’attention de ses adversaires, qui le ciblent. « Il est souvent attendu, reconnaît le président Patrice Prévôt. Mais il est solide. » Et le buteur sait garder la tête froide. « Oui, je suis parfois ciblé, sourit-il. Parfois, on me provoque et je ne veux tomber dans ce jeu. »

Il préfère rester concentré sur l’objectif du club : la montée en Fédérale 1. Actuellement quatrième de la poule 4 de Fédérale 2, le classement n’est pas en adéquation avec les espérances, malgré le recrutement de bons joueurs et l’arrivée de l’ancien coach lillois, David Bolgashvili. Heureusement, les deux premières places sont encore accessibles. Le week-end dernier, Montélimar, venu gagner sur la promenade des Anglais le 23 octobre, a eu le bon goût de décrocher sa deuxième victoire de la saison, contre Hyères-Carqueiranne, le leader. Nice n’est qu’à huit points et sept longueurs des deux premières places. « Depuis quelques temps, nous disputons de bons matchs, rappelle l’ouvreur. Nous commençons à nous connaître. Il fallait du temps pour que tout le monde s’approprie le projet de jeu de l’entraîneur. L’idéal serait d’accrocher une des deux premières places de la poule, pour éviter de jouer les barrages. Ensuite, il y a quatre matchs à jouer pour monter. à mon avis, monter en Fédérale 1 est faisable. Mais il faut déjà se qualifier. »

ParSébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?