Joseph - Fickou, duel au centre

  • Joseph - Fickou, duel au centre
    Joseph - Fickou, duel au centre
Publié le

Opposé à la référence Jonathan Joseph pour son retour en tant que titulaire, Gaël Fickou aura pour mission d'apporter sa vitesse à la ligne de trois-quarts bleue. Duel de pur-sangs en perspective... 

Il faut peut-être finalement voir, dans l'affrontement de ces deux hommes, un symbole de l'évolution du jeu ces dernières saisons. Un souffle de romantisme qui tranche, intensément, avec les canons du « rambo-rugby » auquel il nous était donné d'assister ces dernières années. Ce qui n'exclut pas la pression, ni les enjeux... À ce titre, la prestation de Gaël Fickou sera étroitement scrutée. Logiquement promis à Wesley Fofana, le poste de deuxième centre lui échoit finalement, eu égard à la grave blessure du Clermontois au tendon d'Achille. L'occasion rêvée pour Fickou de s'installer enfin dans ce XV de France, et d'endosser un statut de titulaire à part entière qu'on lui promet depuis ses débuts internationaux, voilà déjà trois ans ? Lui seul, au final, pourra en décider. Car s'il n'a encore que 22 ans, Fickou ne veut plus être catalogué comme un jeune espoir, après une Coupe du monde en forme de prise de conscience. « J'en ai assez qu'on me dise « tu as le temps, tu es jeune, s'enflammait Fickou. Pendant la Coupe du monde, je n'ai pas joué parce que je n'ai pas été assez bon pour bousculer la hiérarchie. J'ai compris qu'il fallait que je me fasse violence mentalement, notamment en défense. » À ce titre, son duel avec son clone Jonathan Joseph, qui lui avait causé les pires tourments défensifs voilà deux ans lors du Crunch le plus prolifique de l'histoire (55-35), sera riche d'instructions. À peine plus âgé (25 ans), l'Anglais touche probablement aujourd'hui la quintessence de son rugby. Le test idéal, en somme, pour un grand retour sur la scène internationale...

 

Fickou, retour vers le futur

Vous en souvenez-vous ? C'est contre l'Angleterre que Gaël Fickou a inscrit le premier essai de sa carrière internationale, à même pas vingt ans. Et pas n'importe quel essai : rien moins que celui de la dernière victoire des bleus face au XV de la Rose dans le Tournoi (26-24), orné en outre d'une magnifique feinte de passe  sur Alex Goode. Le point de départ d'une immense carrière, pensait-on alors ? On le pense toujours, pour tout dire. Sauf que depuis, force est de constater que Gaël Fickou a quelque peu patiné. Certes, celui-ci présente à 22 ans la carte de visite plus que respectable de 24 sélections, pour quatre essais marqués. Le hic ? C'est qu'il ne compte « que » 10 capes comme titulaire, relégué le plus souvent dans l'ombre de Wesley fofana. Le forfait de ce dernier offre ainsi à Fickou une occasion en or de prouver sa valeur au plus haut niveau ainsi que ses progrès dans les registres de l'agressivité, lui à qui il était souvent reproché de se reposer sur son talent offensif naturel. En l'absence de Mathieu Bastareaud sur le banc, Fickou devrait en effet (sauf blessure) disputer 80 minutes sur la pelouse du Temple. Terrain idéal pour un nouveau départ ! N.Z.

 

Joseph, l'électron libre

À 25 ans, le magicien de Bath ne compte « que » 29 ans sélections, pour tout de même 13 essais inscrits. La conséquence d'une éclosion sur le tard au plus haut niveau, et surtout du passage de Manu Tuilagi dans un style totalement opposé au sien. Mais cela n'empêche pas le talent, loin s'en faut... Le sien ? Il fut révélé au public français lors d'un match de Coupe d'Europe face à Toulouse à Ernest-Wallon en 2015 (18-35), qui l'avait vu mettre le feu à l'arrière garde toulousaine. Et depuis, Joseph a logiquement enchaîné avec le XV de la Rose, au point de devenir sous Stuart Lancaster comme avec Eddie Jones un cadre du milieu de terrain, où sa vitesse, sa vista et ses appuis font ravage. « C'est un joueur fabuleux, apprécie son ancien glorieux prédécesseur Jeremy Guscott. Il sent le rugby comme personne à son poste. D'ailleurs, dans le système de jeu d'Eddie jones, il est l'un des rares à avoir carte blanche. En plus, au-delà de ses qualités offensives, on oublie aussi trop souvent qu'il est un merveilleux défenseur, très intelligent. Son entente avec Farrell est des plus complémentaires et constitue, à mon sens, la meilleure paire du monde. » Rien que ça... 

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?