Saint-Girons : Le bonheur est en Honneur

  • Saint-Girons : Le bonheur est en Honneur
    Saint-Girons : Le bonheur est en Honneur
Publié le / Mis à jour le

Le Sporting club de Saint-Girons s’éclate à ce niveau de compétition. Avant la phase éliminatoire, les Saint-Gironnais vont tenter d’accrocher la première place.

À Saint-Girons, on est fidèle à ce principe : « Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. » À ce jour, le glorieux Sporting évolue en Honneur, l’élite régionale. Un niveau de compétition qui est à des années-lumière de son lustre passé. Il est le loin le temps où les Couseranais disputaient consécutivement trois seizièmes de finale entre 1973 et 1975. Plus près de nous en 1997, à l’époque où Éric Béchu en était le mentor. Le Sporting avait manqué d’un cheveu la montée au plus haut niveau national face à Bayonne, vainqueur au forceps dans un barrage d’accession (22-21) sur la pelouse girondine de Mérignac. Les Saint-Gironnais ont désormais tourné la page d’une époque glorieuse et d’un passé révolu. « Il faut accepter de jouer à ce niveau de compétition, confie le coprésident Vincent Bonzom. Au sein du club, ce qui nous importe le plus c’est que deux dimanches par mois, c’est de faire venir le public au stade du Luc afin de partager un moment agréable. Le public répond présent. Il y a de la vie, de l’ambiance et c’est bien là l’essentiel. De plus, nous avons la chance d’intégrer au sein de nos deux équipes seniors, des jeunes qui sont issus de notre formation. Sincèrement, nous préférons évoluer en Honneur avec des joueurs du cru plutôt que d’être à un niveau supérieur avec des mercenaires. Dans le passé, cette politique a failli conduire le club à sa perte. »

Objectif : première place

Au sein de ce championnat de l’élite, l’équipe de Lionel Heymans tire parfaitement son épingle du jeu au sein d’une poule très relevée. Dimanche dernier, elle a manqué le coche lors de son déplacement au Toulouse UC. Menée (24-6) à la pause, elle s’est finalement inclinée (24-20). Une défaite qui ne remet pas le projet de subtiliser aux Tarnais du Canton d’Alban, la première place de la poule. « Nous les recevons dimanche et en cas de victoire, nous pouvons nous rapprocher de la première place. De plus, on bénéficie d’un calendrier assez favorable en recevant Montesquieu-Volvestre et Sor-Agout. Quant aux derniers déplacements, on les effectue à Saint-Affrique et Moissac, deux clubs de la seconde partie de tableau. Nous sommes encore maîtres de notre destin », ajoute le coprésident.

Quant aux objectifs sur le plus long terme, ils ne sont pas affichés. À Saint-Girons, le principe c’est de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Le club attend patiemment la fin de la phase qualificative. Pour la phase éliminatoire, dirigeants et encadrement auront la chance d’aligner leur équipe type. Au printemps, tout semble croire que le Sporting sera l’équipe poil à gratter de ce championnat Honneur.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir