Le Pays de Galles en deux temps

  • Le Pays de Galles en deux temps
    Le Pays de Galles en deux temps
Publié le , mis à jour

Devant au score en première période, l'Italie trop indiscplinée en deuxième mi-temps doit s'incliner face au Pays de Galles (7-33), qui pourra regretter l'absence de bonus offensif.  

Le match

Même avec beaucoup de maladresses et une domination galloise en début de match, ce sont bien les Italiens ammenés par un Sergio Parisse impérial qui rentrent aux vestiaires avec l'avantage au score, grâce à un essai d'Edoardo Gori. Pourtant tout semblait reparti pour un match à sens unique, comme ce fut le cas l'année passée avec un 67-14 infligé par le XV du Poireau à l'Italie, au Principality Stadium. Dès l'entame de la rencontre, Dan Biggar utilise merveilleusement son jeu au pied pour faire craquer la défense italienne, mais la Squadra Azzura tient bon face aux assauts gallois. Après 20 minutes de jeu, la possession est exclusivement galloise, mais les hommes de Rob Howley ne parviennent pas à concrétiser leurs occasions. Il faut attendre la 23e minute pour et une relance de l'arrière italien  Edoardo Padovani pour faire lever le Stadio Olimpico. Deux minutes plus tard, les hommes de Conor O'Shea échouent à un mètre de la ligne après une poussée collective impressionnante, notamment en mêlée. Mais ce n'est que partie remise pour des Italiens déchaînés, qui toujours, aprés une sortie de mêlée, permettent au numéro 9 Gori d'aller aplatir entre les perches galloises. Les Gallois s'en remettent au pied d'Halfpenny qui transforme une pénalité, pour ne pas rentrer bredouille aux vestiaires.

La deuxième période commence par deux pénalités de Leigh Halfpenny qui permet aux Gallois de passer devant au tableau d'affichage (7-9). Durant ce deuxième acte, les Italiens se mettent trop souvent à la faute, ce qui permet au buteur du XV du Poireau de creuser l'écart au score (7-12) à la 56e minute. C'est là qu'intervient le fait du match, avec le carton jaune du pilier gauche italien Andrea Lovotti. À quinze contre quatorze, les Gallois vont profiter des largesses défensives italiennes en inscrivant trois essais. Le premier est l'oeuvre de Jonathan Davies, merveilleusement décalé par  son compère et premier centre Scott Williams, auteur d'une ingénieuse  feinte de passe (61'). Six minutes plus tard, c'est l'ailier des Scarlets, Liam Williams, qui aplatit dans l'en-but italien. La galère italienne se termine avec un rush de 60 mètres de George North, pourtant affaibli par une blessure en début de match. Les Italiens encaissent ainsi un 30-0 en seconde période. Grâce à cette victoire, les Gallois se mettent en confiance avant d'affronter l'Angleterre, vainqueur de la France hier, au Principality Stadium.

 

Le fait du match

Souvent dominés dans le secteur de la mêlée, les Italiens se sont vus sanctionnés d'un carton jaune par l'abitre du match, John Paul Doyle. Et c'est le pilier des Zebre, Andrea Lovotti qui en fait les frais après de multiples fautes de son équipe dans ce secteur de jeu. À partir de cet instant, les Gallois prennent l'emprise sur le match en inscrivant trois essais à une Squadra Azzura beaucoup moins tranchante. 

 

Le joueur

Heureusement que Conor O'Shea à su convaincre le capitaine emblématique de la Squadra Azzura de renoncer à sa retraite. Cet après-midi, sur le pré du Stadio Olimpico, le numéro 8 italien a été omniprésent et a permis à son équipe d'avancer, notamment en première période. Véritable fer de lance des Italiens et incontestable dans les airs, le joueur du Stade Français n'aura pas été récompensé de ses efforts. Au fil du match, il s'est éteint, tout comme son équipe. Ce qui n'est peut-être pas une coïncidence.

 

Les meilleurs

 

Pays de Galles : Alun-Wyn Jones, Tipuric, L.Williams, S, Williams, North, Halfpenny.

 

Italie : Steyn, Parisse, Padovani.

 

Par Rémi Salvayre

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?