Silvere Tian : « Je suis redevable envers mon club »

  • Silvere Tian : « Je suis redevable envers mon club »
    Silvere Tian : « Je suis redevable envers mon club »
Publié le

Le samedi 2 avril 2016, Silvère Tian avait été exclu du match Oyonnax-Grenoble et avait insulté Romain Poite. Initialement suspendu jusqu’au 30 juin 2017, l’Ivoirien avait vu sa peine réduite en appel. À compter de ce jeudi, il pourra reprendre la compétition.

 

Le 9 février, date de votre requalification, approche. Comment appréhendez-vous ce moment ?

 

Je peux vous dire que je suis impatient. Le terrain me manque. Ça fait dix mois tout de même… Rien que de pouvoir reprendre l’entraînement avec les coéquipiers est un soulagement.

 

 

 

Pour quelle raison ne pouvez-vous pas prendre part aux entraînements ?

 

Comme ma licence était suspendue, je ne pouvais pas prendre part aux oppositions. J’ai effectué un gros travail de préparation physique depuis juillet dernier. J’ai suivi toute la préparation et je participe aux activités ludiques avec le ballon. Je n’ai jamais arrêté le rugby mais sans les contacts. C’est ce que je vais devoir retrouver avant de reprendre la compétition.

 

 

Quel est votre objectif premier?

 

Retrouver les terrains, pour commencer, et ensuite apporter une plus-value à l’équipe dès que je serai sollicité. Je dois rendre la confiance qui m’a été accordée au club, par les dirigeants et mes partenaires. Je suis reconnaissant et redevable car l’USO m’a gardé malgré ce qui s’est passé. Ce serait une belle revanche que j’aide le club à revenir le Top 14.

 

 

Avec le recul, quel regard portez-vous sur votre comportement envers Romain Poite ?

 

Vous savez, je n’y pense plus, c’est du passé. Je pars du principe que les erreurs peuvent te faire grandir. Celle-ci m’a permis de réfléchir sur moi et d’avancer dans la vie. Je n’ai pas eu le temps de gamberger ou de déprimer. J’ai eu l’opportunité de pouvoir davantage m’occuper de mes enfants et de ma famille. J’ai également consacré du temps à une association de lutte contre les maladies rares aux côtés de Lionel Nallet. Et puis, il y a ma formation de management au STAPS de Lyon. Je suis en dernière année.

 

 

Justement, en parlant d’avenir, vous serez en fin de contrat en juin prochain. Qu’espérez-vous pour la suite ?

 

Je n’en sais encore rien. Pourquoi pas être champion et goûter de nouveau au Top 14 avec l’USO (sourire)… Je ne me projette pas aussi loin. Ma priorité est d’être performant au plus vite.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?