Coupe du Monde de Rugby: la France en route pour 2023

  • Coupe du Monde de Rugby: la France en route pour 2023
    Coupe du Monde de Rugby: la France en route pour 2023
Publié le , mis à jour

La France a officiellement lancé sa candidature pour accueillir la Coupe du Monde de rugby 2023. Attention, la concurrence est rude avec l'Irlande et l'Afrique du Sud comme sérieux candidats. 

La deuxième rencontre de l'Équipe de France sera l'occasion d'apercevoir l'inscription « #France2023 » sur le maillot des coéquipiers de Guilhem Guirado. Un signe fort initié par la FFR pour mettre en avant la candidature de la France pour accueillir le mondial 2023. Pour rappel, Pierre Camou, ancien président de la Fédération Française de rugby avait lancé le projet, sans y donner suite. Mais Bernard Laporte, nouveau président de la FFR, a rapidement fait savoir que ce mondial serait une des priorités de son mandat. Face à la candidature de la France, deux pays se sont déjà positionnés par recevoir le mondial 2023, l'Afrique du Sud et celui qui possède l'étiquette de favori, l'Irlande. 

 

Organiser des grands évènements sportifs, la France sait faire

La France possède un avantage, celui d'avoir organisé une Coupe du Monde, en 2007. Le succès était alors au rendez-vous avec une affluence record et des retombées économiques importantes pour le pays organisateur (500 M€ pour l'édition 2007) . De plus, la France a peut-être une longueur d'avance dans sa quête de devenir pays hôte d'un mondial. En effet, dix-neuf villes ont fait part de leur intérêt à accueillir dans leur stade des rencontres de Coupe du Monde. Seulement neuf seront sélectionnées avant le dépôt du dossier, le 1er juin prochain. Mais pour cela, la FFR et World Rugby devront s'entendre avec la Ligue de Football Professionnel pour rendre possibles la Coupe du Monde en même temps que la Ligue 1. 

Des ambassadeurs de choix

La conférence de presse de lancement, qui a eu lieu hier soir, a dévoilé les ambassadeurs de ce mondial 2023. Une vingtaine d'anciens internationaux français et étrangers sont venus soutenir cette candidature. C'est la cas de l'ancien demi de mêlée de l'Équipe de France Dimitri Yachvili, actuellement consultant rugby pour la chaîne Bein Sports. S'il n'a pas pu assister sur le terrain à la Coupe du Monde 2007 en France, il en garde un souvenir marquant : « C'est vrai que c'est exceptionnel de recevoir la compétion suprême de notre sport. On va se battre et tout faire pour accueillir ce mondial, un an surtout avant les Jeux Olympiques si nous les obtenons » rajoutant « l'impact que cela a au niveau des licenciés. » Pour rappel, la FFR avait connu en 2008 une hausse de 35 % de ses adhérents.

 

La France a jusqu'au 15 novembre prochain (date du vote) pour convaincre World Rugby. En attendant, Bernard Laporte et la FFR devront faire de sérieuses propositions pour rattraper l'Irlande.  

Par Pierre Jaussan

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?