Belfort-Montbéliard, Promotion honneur : Embarquer vers la Fédérale 3

  • Belfort-Montbéliard, Promotion honneur : Embarquer vers la Fédérale 3
    Belfort-Montbéliard, Promotion honneur : Embarquer vers la Fédérale 3
Publié le / Mis à jour le

En progression régulière depuis 2012, l’EMBAR vise la montée en Fédérale 3 d’ici la fin de saison.

Comme beaucoup d’équipes, l’Embar (Belfort-Montbéliard) a repris le championnat dimanche 5 février, après de longues semaines d’attente. Cette coupure n’a pas freiné la marche en avant des Francs-Comtois. Promue en Deuxième Série en 2012, après le rapprochement avec l’Ascap, originellement l’équipe corpo du groupe Peugeot, l’entente n’en finit pas de grandir. Montée comme une flèche en Honneur, elle bataille cette année pour décrocher une des deux premières places, après deux saisons honorables (sixième en 2015, quatrième en 2016), pour rejoindre la Fédérale 3, l’objectif annoncé depuis plusieurs saisons. Fort d’une population de plus de deux cent mille habitants regroupée à Belfort et Montbéliard, l’Embar dispose d’un joli potentiel pour se développer, sans trop de concurrence. Le club de Fédérale le plus proche est Besançon situé à cent bornes et une heure de route. Au nord-est, Mulhouse, à quarante minutes, évolue lui aussi en Honneur. «La seule concurrence, c’est le foot, explique le président, Christophe Barraux. L’accession est centrale dans notre projet, au vu de l’énergie déployée par tous les bénévoles, les partenaires et les joueurs. Si nous n’y parvenons pas à court ou moyen terme, l’enthousiasme pourrait retomber. » Pour l’instant, les voyants sont au vert. L’équipe pointe à la troisième place, avec dix points de retard sur le leader, Tournus, mais compte deux matchs de moins… Si le premier devrait truster une des deux premières places, le deuxième ticket devrait se partager entre Buxy, Champagnole, Saint-Apollinaire, et l’Embar. En sachant que le problème du calendrier devrait nécessiter un recours à la péréquation. Le 5 mars, l’Embar est exempt et le 12 mars se déroulera le quart de finale du Challenge des comités. Avec neuf joueurs sélectionnés, il n’est pas possible pour l’Embar de jouer ce jour-là… « La péréquation est inévitable sauf si la FFR décide de reporter le quart de finale », juge Christophe Barras.

des places convoitées

Et le match concerné pourrait l’être contre un concurrent direct. Mais pour éviter de sortir les calculettes, le mieux est encore de faire ce qu’il faut sur le terrain. Depuis deux ans, le coach, Jean-Jacques Abbamonte peut compter sur quelques renforts de l’extérieur. « Mais en équipe première, vingt joueurs sur trente-cinq sont formés au club, se réjouit le président. Cela correspond à notre objectif de former avec plus de deux cents enfants à l’école de rugby et des cadets Teulière B et des juniors Phliponeau. » Il reste à décrocher une des deux premières places si convoitée, ce qui risque d’être un peu plus difficile en 2017-2018. D’habitude, les équipes reléguées de Fédérale 3 trustent les premières places, ce qui n’est pas le cas cette saison de Dole, avant-dernier. Et la saison prochaine, Chalon-sur-Saône devrait se mêler à la lutte. « Les Chalonnais sont au-dessus en Promotion Honneur, ils seront au-dessus en Honneur, prévient Chistophe Barraux. Et il n’y aura sûrement qu’une place à jouer. C’est un peu l’année ou jamais… » 

 

Par Sebastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir