Nancy-Seichamps : trois ans après

  • Nancy-Seichamps : trois ans après
    Nancy-Seichamps : trois ans après
Publié le / Mis à jour le

Depuis l’explosion de l’équipe, la reconstruction se poursuit avec succès à Nancy-Seichamps. 

Les Nancéiennes joueront leur qualification en phase finale de Fédérale 1 dans trois semaines, à l’occasion de leur double opposition contre Rueil. Les deux équipes se tiennent en respect aux abords de la deuxième place qualificative. Rueil dispose d’un avantage de cinq points d’avance. Leur match aller ayant été reporté, leurs deux confrontations se suivront. Les filles de Nancy-Seichamps pourront aller voir les quarts de finale à la condition de s’imposer deux fois. Les chances sont minces, mais l’opportunité existe. Elle dit combien leur entreprise de reconstruction a porté ses fruits.

La moitié de l’équipe formée au club

Cette équipe de Nancy renaît sur les cendres de celle qui avait complètement explosé il y a trois ans. Une mésentente avec l’encadrement et les arrêts de plusieurs joueuses, avaient poussé les autres à l’exode. Ce bastion du rugby féminin lorrain, qui compte quinze ans d’existence, s’est remis de cet épisode avec l’appui de l’entraîneur Mathieu Lahaye. Coresponsable du centre universitaire de Nancy, avec Sylvain Mottet, et responsable des cadettes d’Alsace-Lorraine, il avait fait jouer son réseau pour réalimenter le groupe dès sa prise de fonction. Son entreprise avait immédiatement fonctionné. L’équipe n’avait pas disparu. L’an passé dans la jungle fédérale, Nancy-Seichamps s’était qualifié. Éliminées en seizième de finale, les Nancéiennes s’étaient illustrées ensuite en rugby à VII, en tant que seules participantes du monde fédéral aux finales nationales d’Albi (14e).

La saison actuelle confirme la bonne santé retrouvée. La composition du groupe aussi. La moitié des filles provient de la promotion interne de l’équipe cadette du club. Sept joueuses du centre universitaire ont aussi rejoint les rangs. « L’effet Lahaye » se poursuit. « Et nous avons commencé à restructurer notre formation chez les plus jeunes, explique le responsable. Depuis cette année, à partir des moins de 8 ans, nous avons trois filles par catégorie. Nous créerons bientôt une équipe à XV chez les moins de 18 ans. La dynamique a pris. Je pense que d’ici trois ans, la pyramide sera suffisamment solide pour envisager une montée en Armelle-Auclair. » Ce qui replacerait la région Lorraine dans le haut de la hiérarchie féminine. En seulement trois ans, la trajectoire de cette équipe a bien évolué.

 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir