Ce drôle de Monsieur Kruger

  • Ce drôle de Monsieur Kruger
    Ce drôle de Monsieur Kruger
Publié le , mis à jour

Quelques jours après avoir remporté la finale de Top 14 de Barcelone et soulevé le bouclier de Brennus avec le Racing 92, Juandre Kruger s'engageait avec le RCT. Un pied de nez à l'image d'un joueur qui s'est depuis imposé comme l'un des cadres du squad varois.

Seul champion de Top 14 en titre de l'effectif toulonnais, Juandre Kruger a défendu les couleurs du Racing 92 de 2013 à 2016. Mais depuis la fameuse finale de Barcelone, le Springbok a rejoint la rade. «J'ai joué plus de 70 matchs avec le Racing, j'ai été vice-champion d'Europe et remporté un bouclier de Brennus. En résumé j'ai passé de superbes années là-bas, mais la vie continue et il faut passer à autre chose. Mon esprit est à Toulon, plus du tout au Racing. » Et s'il a évidemment fait un choix sportif, Juandre Kruger n'a pas de mal à déclarer sa flamme au sujet de la région toulonnaise. « Avec ma femme et mes enfants nous prenons beaucoup de plaisir à Toulon et le climat est plus proche de la météo sud africaine que ça ne pouvait être le cas à Paris ou Northampton (rires). C'est agréable, on se croirait l'été à Londres. J'ai grandi au Cap et la météo est similaire, donc je suis habitué à ce style de vie. Si vous avez une famille heureuse et que vous vous épanouissez en tant que joueur, rien ne peut vous arriver. »

L'utility player du RCT

Et s'il apprécie sa vie toulonnaise et est particulièrement apprécié du public (avec qui il discute en Français avant chaque entraînement!), c'est avant tout sur le terrain que Juandre Kruger a gagné sa légitimité. Mobile, plaqueur, puissant et aérien, le joueur de 31 ans réalise un excellent début de saison. L'international sud africain (17 sélections) s'est d'ailleurs imposé comme l'un des cadres du nouveau staff. A son sujet, Marc Dal Maso nous confiait mi-décembre : « J'ai découvert un mec comme Juandre. Il adore la touche et on échange énormément tous les deux. » Symbole de la grande confiance et de la sympathie qu'il porte à l'encontre du deuxième ligne springbok. Deuxième ligne ? Pas tout à fait ! Car s'il est arrivé en qualité de « deuxième barre », Juandre Kruger a rapidement fait valoir sa polyvalence. Titularisé à sept reprises depuis le début de saison en championnat, l'ancien Racingmen l'a été quatre fois en deuxième ligne et trois fois en troisième ligne. Un problème ? Que nenni ! « J'ai déjà évolué troisième ligne plus tôt dans ma carrière, notamment avec les Bulls et régulièrement chez les jeunes. Mais pour moi il n'y a pas de grosses différences entre les deux postes. » Dans une équipe où Duane Vermeulen, Romain Taofifenua, Samu Manoa et Mamuka Gorgodze sont les cautions combat, le polyvalent springboks peut ainsi faire valoir son double mètre et son aisance ballon en mains. Aux côtés de joueurs bien différents, Juandre Kruger assume son profil unique et se mue aisément en utility player du pack varois.

Leader de touche

Mais outre ses qualités dans le jeu courant, Juandre Kruger s'est imposé par son intelligence au sein de l'alignement varois. Et s'il attendait son heure sous Diego Dominguez, le Sud Africain a rapidement pris du galon lors de l'arrivée de Mike Ford. Aux côtés de Juan Martin Fernandez-Lobbe, le Springbok a pris ses responsabilités pour devenir l'un des leaders de la touche varoise. « Juandre c'est un très grand joueur de touche. Il a des qualités naturelles, il est grand, léger et il monte vite. Mais en plus il comprend et lit les lancements adverses, c'est très précieux. » nous confiait récemment Anthony Etrillard, décrivant les qualités naturelles qui permettent à Kruger de maîtriser un secteur de jeu qu'il affectionne tout particulièrement. « Je prends énormément de plaisir à travailler la touche. Ce n'est pas le cas de tous les joueurs, mais c'est aujourd'hui indispensable de la maîtriser. Si la touche ou la mêlée ne fonctionnent pas durant un match, ça met la pression sur toute l'équipe, même les trois-quarts ! Nous devons donc être méticuleux face aux adversaires. » Sa méthode ? Du travail, du travail et encore du travail. « Le plus important c'est l'état d'esprit, la manière de préparer le match et le travail qui précède une rencontre. Si tu travailles tout le temps tu feras le bon plaquage au bon moment. En travaillant dur, tout arrive. Donc si tu travailles dur pour apprendre à plaquer, tu plaques bien. Si tu travailles dur pour être irréprochable en touche, tu es irréprochable en touche. C'est pour ça que Duane Vermeulen, Charles Ollivon ou Liam Gill sont d'excellents joueurs. Ils travaillent à réduire chacun de leurs défauts et apprennent à être toujours dans la bonne position. C'est en ça que l'équipe de Toulon est exceptionnelle. » Une équipe exceptionnelle, façonnée pour remporter un trophée au mois de juin ? Et pourquoi pas deux ? Car si tout ne veut pas sourire au RCT depuis le début de saison, Juandre Kruger ne cache pas son ambition de conserver son titre de champion de France et d'aller chercher le titre en Champions Cup... Des objectifs qui devraient, à n'en pas douter, séduire les supporters du RCT !

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?