Section Paloise Féminines : la fratrie mobilisée

  • Section Paloise Féminines : la fratrie mobilisée
    Section Paloise Féminines : la fratrie mobilisée
Publié le , mis à jour

Toujours invaincues à domicile, Julie Poublan, ses sœurs et leurs coéquipières de la Section paloise vivent une saison de transition. Pour mieux rebondir ?

Si le rugby est une grande famille, inversement, à Pau, les Poublan incarnent le rugby. Du père Serge à ses filles. L’aînée Élodie qui joue à Montpellier a été l’élément déclencheur pour Julie, sa sœur jumelle Sophie, et la plus jeune Aurélie. Toutes les trois portent fièrement le maillot de l’association Section paloise - à ne pas confondre avec Lons Rugby Féminin Béarn associé aux pros. Issues d’une grande famille, éduquées très tôt aux valeurs ovalistiques, les sœurs Poublan ne pouvaient échapper à l’attraction du rugby. À travers leur parcours, de Lons à Pau en passant par Nay entraînées par leur père, elles se sont forgé un caractère de compétitrices. Mais jouer ensemble leur procure une joie particulière que Julie savoure : « C’est un plaisir de partager cette passion. Nous nous aidons, nous sommes très solidaires. » Deux ans plus tôt, les joueuses de Nay avaient constitué l’ossature de l’entente estampillée Section Paloise. La fratrie a su s’intégrer dans le nouveau groupe et Julie conserve de la première saison un joli souvenir : « Jouer sous un maillot emblématique comme celui de la Section est un honneur. Nous avons réalisé un beau parcours et nous sommes montées en Fédérale 1. »

Un pôle de performance

Aujourd’hui les coéquipières de la capitaine Chantal Salies traversent une sorte de saison de transition perturbée par de nombreuses blessures qui nuisent au rendement de l’équipe coachée par Christian Allias et Dominique Badets. Se fait aussi peut-être sentir le besoin de briser une certaine routine que Julie ne nie pas : « Du nouveau ne nous ferait pas de mal car 80 % de l’équipe est issus de Nay et nous nous connaissons depuis huit ans. Nous avons fait part à notre président Michel Camptort de notre volonté d’évolution. » Sans rien casser d’une dynamique qui fait de la Section une formation invaincue à domicile depuis deux ans. « C’est beau ! s’enthousiasme Julie. On joue pour le maillot mais actuellement on partage le dur. » Les Paloises très solidaires ont du mérite car si le rassemblement féminin Section paloise se voulait être un pôle de performance, le déficit en structures (club house, vestiaires, matériel) adéquates est patent. Pourtant l’objectif d’une montée, à terme, en Armelle-Auclair est affiché : « Soyons lucides, cela ne pourra se faire sans un recrutement préalable », précise Julie. La Section est toujours en marche…

 

Par Gérard Piffeteau

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?