« Un stress terrible pour les défenseurs »

  • « Un stress terrible pour les défenseurs »
    « Un stress terrible pour les défenseurs »
Publié le , mis à jour

L'ancien sélectionneur de l'Ecosse et des Lions Ian MacGeechan évoque le jeu en triangle des Gallois qui, simple en apparence, se révèle diablement efficace. 

Malgré son apparente simplicité, le jeu gallois conserve une efficacité redoutable depuis dix ans…

C’est vrai que, de l’extérieur, ce que les gens appellent le Warrenball n’a pas l’air d’un truc incroyablement sophistiqué. Mais le résumer à «des mecs costauds qui vont tout droit » c’est terriblement réducteur ! Certes, la marque de fabrique du jeu gallois, c’est sa faculté à attaquer le centre du terrain, puis à enchaîner les temps de jeu dans le même sens pour provoquer du désordre dans la ligne défensive adverse, afin d’opposer des trois-quarts à des avants sur le renversement. Mais vous savez, les All Blacks eux-mêmes ne procèdent pas différemment. L’Irlande ou l’Écosse non plus, dont les coachs sont aussi néo-zélandais. Simplement, chaque nation fait avec ses atouts… Dans le cas du pays de Galles, les meilleurs porteurs de balle ne sont pas devant, mais derrière. C’est pourquoi, si les numéros 8 Moriarty ou Faletau sont capables de défier la défense, les Gallois préfèrent utiliser leurs trois-quarts pour déstabiliser une défense. C’est pourquoi, par exemple, quasiment toutes leurs touches sont jouées en déviation.

Pourquoi le jeu en triangle des Gallois est-il si redoutable ?

De manière générale, ces animations en milieu de terrain produisent un stress terrible pour les défenseurs, parce que la densité d’attaquants est très forte, et surtout parce que les courses des Gallois sont réglées au millimètre. Ce qui oblige le défenseur à effectuer un choix, qui peut être le mauvais… Bien que facilement identifiable à la vidéo, ce jeu en triangle, avec un centre qui vient à hauteur et un ailier dans son dos, est très difficile à défendre sur le terrain, sauf à densifier cette zone à l’excès. Mais cela ouvrirait des espaces ailleurs…

Dans quelles parties du terrain ?

Face aux Gallois, lorsque le jeu est lancé, les défenseurs adverses ont parfois tendance à se reconstituer afin de prêter main-forte aux trois-quarts, quitte à parfois négliger les bordures. Or, cela peut s’avérer à double tranchant, parce que les Gallois disposent avec Rhys Webb d’un des meilleurs demis de mêlée d’Europe., qui peut démarrer en bordure de ruck à n’importe quel moment. Il est le dynamiteur du jeu gallois, leur premier attaquant, par lequel passent tous les coups depuis le début du Tournoi. Sur pratiquement tous les essais des siens, il compte une intervention décisive. Ce sera lui que les Bleus devront surveiller en premier lieu. D’ailleurs, il y a deux ans, Biggar avait marqué l’essai de la victoire au Stade de France après une percée de Webb…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?