Grenoble arrache le nul sur la sirène

  • Grenoble arrache le nul sur la sirène
    Grenoble arrache le nul sur la sirène
Publié le , mis à jour

Au terme d'un match à deux vitesses, Grenoble a réussi à arracher le match nul (23-23) à la dernière minute. Les Isérois ont répondu sur le terrain après une semaine compliquée au plan extrasportif. 

Le match 

Perturbé par un contexte extrasportif difficile, Grenoble avait l'occasion de relever la tête sur le terrain face à Toulon. Les Isérois ont pourtant mal débuté la partie. Pris en puissance, ils encaissaient le premier essai de la rencontre sur une charge devastatrice de Romain Taofifénua. Sur sa lancée, le RCT filait une nouvelle fois dans l'en-but grâce à Laurent Delboulbès. À 17 à 0 à la trentième minute, cela devenait compliquer pour le FCGR. D'autant que Fabien Alexandre était sorti sur carton jaune. Pourtant, il inscrivait un essai juste avant la mi-temps grâce par l'intermédiaire de Temani. Dans le deuxième acte, les deux équipes se sont montrées brouillonnes offensivement et indisciplinées défensivement. La seconde période tournait au duel de buteurs. Le Toulonnais Pierre Bernard répondait au Grenoblois Jonathan Wisniewski. Et puis, il y a eu cinq dernières minutes de folie. Malgré une nouvelle infériorité numérique (carton jaune pour Bouchet) et sept points de retard, Grenoble arrachait le nul grâce à l'essai d'Henry Vanderglas. Menés tout au long de la partie, ce score de parité (23-23) sonne comme un goût de victoire pour les Grenoblois tant ils sont revenus de loin. De son côté, Toulon stagne à la sixième place. 

Le joueur : Jonathan Wisniewski

On aurait pu citer les Toulonnais Samu Manoa et Mathieu Bastareaud, on retiendra Jonathan Wisniewski. Le capitaine de Grenoble a été exemplaire tout au long de la partie. Sa précision face au but a permis aux Isérois de rester en vie dans la partie dans en première mi-temps. Son pied n'a pas tremblé à la dernière minute quand il a fallu transformé l'essai de Vanderglas pour arracher le match nul. L'ancien demi d'ouverture du Racing 92 s'est montré précieux dans son travail défensif. Il a également souvent sorti son équipe de son camp grâce à son bon jeu au pied. Un match plein. 

Le fait du match : Toulon ne profite pas de sa supériorité numérique

Si Grenoble a réussi à arracher le match nul, il le doit aussi à la fébrilité des Toulonnais lorsqu'ils se sont retrouvés en supériorité numérique. Les Isérois ont inscrit leur premier essai deux minutes avant la pause alors que leur troisième ligne Fabien Alexandre avait été exclus temporairement. Lors de l'essai du nul, les coéquipiers de Wisniewski évoluaient également en infériorité numérique. Des défaillances coupables pour les Varois qui restent à la sixième place.

Le tournant du match : le poteau rentrant de Wisniewski

Son match nul, Grenoble le doit à un coup du sort. Alors que l'essai de Venderglas avait permis au FCGR de revenir à deux points de Toulon, Wisniewski avait le match nul au bout de son pied. La transformation en coin passait grâce à l'aide du poteau. Un coup du destin qui semblait tout à la faveur des Isérois ce soir. 

Les meilleurs : 

Héguy, McLeod, Wisniewski, Nemani ; Manoa, Bastareaud 

par Pierre Loevenbruck

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?