Cette victoire, on la garde !

  • Cette victoire, on la garde !
    Cette victoire, on la garde !
Publié le

Face à des Catalans venus dans les Landes se rapprocher d’une qualification, les Dacquois ont cravaché pour garder la main sur leur destin. Ils avaient dédié ce match à un dirigeant décédé dans la nuit précédant le match, Pascal Lagarde…

Le match : 

Patrick Arlettaz, le coach catalan, déclarait avant le match « Nous avons besoin de réaliser un match plein, car marquer plus d’essais que notre adversaire ne suffira pas… ». Le scénario de ce match capital pour les deux équipes confirmera ses craintes. Le coup d’envoi donné par les Dacquois, ouvre des débats que l’enjeu ne va pas paralyser. En mettant la main sur le ballon les premières minutes, les Dacquois vont provoquer les premières fautes usapistes. Ignacio Mieres, l’ouvreur dacquois ouvre le score par une pénalité (3-0, 8’). Même s’ils ne ferment pas le jeu, les Catalans laissent la possession du ballon aux Landais dans le premier quart d’heure. En provoquant des fautes, les Dacquois doublent la mise par Adrien Bau (6-0). Même si leur entame de match est un peu apathique, les Catalans montrent qu’ils sont une équipe capable de générer un volume de jeu impressionnant. D’abord sur pénalité (19’) et ensuite en inscrivant un essai d’envergure, les visiteurs passent devant au score (6-8, 23’). On imagine que la machine catalane est en marche et qu’elle va être à la hauteur de ses ambitions. Mais voilà, ces Dacquois font décidemment du mot résistance, une deuxième nature ! Après l’essai inscrit, les Landais se remettent à l’assaut. Le flanker dacquois, Filimo Taofifenua, fraîchement rentré de sa semaine à Marcoussis avec le VII, va ouvrir une brèche dans la solide défense catalane et permettre au pilier Tongien Fa’anunu, de marquer un superbe essai entre les perches (26’). Transformé par Miérès le score passe à 13-8 pour les Dacquois. Chose rare de nos jours, les mêlées sont parfaitement stables et rectilignes. Les Perpignanais essayent de remettre du rythme mais semble empruntés et maladroits… Leur classe rejaillit à la 32’ par un essai marqué par l’arrière Acébès, concluant une nouvelle action d’envergure des visiteurs (13-13). Encore une fois les Landais vont réagir, mais le score en restera là jusqu’à la pause. De retour des vestiaires, on s’attend à une réaction d’orgueil des sang et or, plutôt loin de donner l’image d’un candidat aux phases finales… En fait, ce sont les dacquois qui vont remettre du cœur à l’ouvrage et obtenir une pénalité consécutive à une action collective. (16-13, 43’). Ce match promettait d’être animé. Les acteurs vont le confirmer. A la 47ième minute, au milieu d’un jeu un brin décousu, les Catalans vont marquer leur 3ième essai de la soirée, par l’ailier Pujol (16-18). Pour la troisième fois, l’ouvreur Joseph Carlisles ne transformera pas l’essai. Ces six points laissés en route sont importants, car l’Usap n’a jamais été en mesure de créer un écart conséquent au score. Les vingt minutes qui vont suivre seront de la même veine. Un des tournants du match sera le carton jaune du pilier droit catalan (65’). En inferiorité numérique, ils vont encaisser une pénalité (Mieres, 66’) et une magnifique essai (Naqalevu, 70’). Le score repasse dans les mains landaises (24-18). Les dernières minutes vont encore avoir un effet veinotonique… Acculés sur leur ligne pendant près de cinq minutes par une série de pénaltouche, les dacquois vont résister et finir par gratter le ballon qu’ils expédiront… dans la fontaine chaude sur la sirène ! Ce match se termine sur une précieuse victoire landaise, dans une course mortifère au maintien. Du côté des Catalans et comme le redoutait Patrick Arlettaz, marquer un essai de plus que leur adversaire (3 à 2) n’a pas suffi à l’Usap pour ramener le moindre point de leur voyage dans les Landes…

 

 

Le tournant du match :  

Sans discussion, le tournant du match est le contest d’Apisai Naqalevu à la 79ième minute. Après cinq bonnes minutes de pénaltouches et d’assauts, le fidjien va liberer les siens en enfermant le ballon entre ses mains !

 

Le plus bel essai :

L’essai dacquois de Naqalevu (70’), après une magnifique action collective et une dernière passe « offload » de son compatriote, Bureitakiyaka.

 

Le joueur : 

Le flanker Filimo Taofifenua. Comme au match aller, le jeune néo-calédonien, passé par l’Usap, se démultiplie quand il recontre son ancien club… 

 

Les meilleurs : 

Taofifenua, Alcalde, Naqalevu, Bureitakiyaka, Liebenberg, C.Ternisien et Bethery à Dax. 

Ecochard, Carlisles, Acébès, Chalureau, Lemalu et Château à Perpignan.

par Laurent Travini

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?