• Main à la pâte
    Main à la pâte
Publié le / Modifié le
Compétitions

Main à la pâte

Les Ovales Tigresses se sont associées aux Geny’ZZ. La présidente, Céline Bourillot, nouvelle vice-présidente, de la FFR, mesure bien les difficultés de faire vivre le rugby féminin.

Hier les Ovales Tigresses étaient en déplacement à Thann, en Alsace. Depuis six ans, après le réveil de l’équipe du Creusot, en sommeil depuis de nombreuses années, les Bourguignonnes essaient de faire vivre le rugby au féminin. Et comme beaucoup, elles doivent composer. Depuis le début de saison, elles se sont associées avec les Geny’ZZ de Paray-le-Monial, pour arriver à un effectif global d’une quarantaine de joueuses, et échanger des joueuses en tutorat la saison dernière. Et il a fallu composer avec deux joueuses gravement blessées (fracture des vertèbres pour l’une, double fracture ouverte tibia-péroné pour l’autre). Élue sur la liste de Bernard Laporte, la présidente des Ovales Tigresses, et vice-présidente de la FFR en charge du rugby féminin, Céline Bourillot, connaît bien toutes les difficultés du rugby amateur. « Les Coquelicots de Chalon-sur-Saône ont dû passer à sept cette saison, rappelle-t-elle par exemple. Mais avant de parler des seniors, il faut vraiment développer la pratique chez les jeunes. On travaille sur le sujet à la Fédération, dans les comités territoriaux. En sachant qu’il est également difficile dans les zones rurales de conserver des joueuses qui partent pour leurs études. » À Montceau, on travaille avec le XV charolais pour essayer de fédérer les énergies, en ayant conscience de la difficulté de la tâche. « Dans certaines régions, des clubs peinent à construire des équipes masculines, rappelle la dirigeante. Nous ne sommes pas dans le vernis mais on va y arriver. »

 

par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir