Mourad Boudjellal sans concession

  • Mourad Boudjellal sans concession
    Mourad Boudjellal sans concession
Publié le , mis à jour

Le président du Rugby Club Toulonnais Mourad Boudjellal, s'est confié cette semaine à nos confrères de Rugbyrama. L'officialisation du duo Galthié-Landreau, la polémque LNR-FFR, mais encore le quart de finale de Coupe d'Europe face à l'ennemi Clermontois, aucun sujet n'est épargné. Extraits.

Le cas Paul Goze 

Une fois n'est pas coutume Mourad Boudjellal ne mâche pas ses mots à l'egard du président de la ligue de rugby. Un conflit ouvert qui ne devrait pas s'arrêter suite à l'interview du président toulonnais.

« Aujourd'hui, je remets en cause la légitimité de Paul Goze »

« Avant de postuler à la Ligue, il aurait du passer par la case DNACG. S'il avait rempli les critères de gestion alors OK. Le problème reste que pour être élu à la Ligue, il faut remplir trois critères : savoir redistribuer, avoir des connivences et ne pas être dangereux.»  Le président toulonais revient aussi sur ses propres propositions. « Tout ce que je préconise est aujourd'hui repris par des économistes ! On ne peut pas continuer de laisser se développer les déficits d'exploitation de certains clubs. Dans le Top 14 seul l'argent est roi. On a une économie spéculative qui gère le rugby français. Je veux un retour à l'économie réelle sinon on va vider les stades ». 

Dans le conflit LNR / FFR, Mourad Boudjellal a choisit son camp. « Laporte dit des choses simples je suis en phase avec lui sur l'équipe de France. Les contrats fédéraux sont une bonne option. Au final, les joueurs seront absents seulement en juillet en plus des absences actuelles. Et encore. Tous les présidents disent ne pas être assez payés pour leurs internationaux. Aujourd'hui, ils ont la possibilité d'avoir ce qu'ils réclament depuis longtemps.» 

Le cas Clermont

Pour le président du Rugby Club Toulonnais, ce quart de finale en déplacement au Michelin, ne semble pas provoquer une once d'inquiétude. Pour lui, l'important reste la qualification en phase finale du Top 14. Une qualification loin d'être acquise puisque les Varois sont quatrièmes mais n'ont que 5 petits points d'avance sur Brive, qui occupe la neuvième place. « Je ne fais pas d’esbroufe en disant que Clermont n'est pas une priorité. » /// Cet objectif, à savoir cette place dans les 6, doit s'inscrire d'abord dans une dynamique sportive. Mais celle-ci ne doit pas supplanter l'aspect financier de la chose. « dans notre modèle, la coupe d'Europe est un impératif. D'où la priorité donnée au Top 14. » 

Mettre la pression sur l'adversaire ? Une spécialité made in Boudjellal, alors Toulon a t'il réellement la tête d'un outsider plausible, ou celle d'un favori tapi dans l'ombre ? « Quand on voit jouer Clermont, quand on voit leur effectif et les joueurs qu'ils ont, et cela tout en respectant le salary cap, il n'y a pas photo ». 

Une comparaison d'effectif, un choix d'hommes, en fonction des formes et méformes de chacun : « Quand vous remplacez Gorgodze par Kruger, ce n'est pas la même chose. Quand Van der Merwe rentre, je ne suis pas confiant. Manoa n'est pas au niveau. Je préférerai également avoir Giteau à la place de Nonu... » Le modèle repose sur la passion, l'engouement que porte les supporters envers leurs joueurs, un modèle qui semble s'épuiser, attirant moins les foules : « Les gens nous font la gueule, il y a moins de passion autour du RCT et du rugby à Toulon. » 

Un modèle épuisé, que veux profondément modifier Boudjellal, exit le modèle des joueurs étrangers, place à une politique placée autour de la formation des jeunes joueurs. Une évidence pour Toulon qui se doit de faire effacer sa 8ème place au classement des centres de formation du Top 14. Cette stratégie passera donc par l'arrivée d'un nouveau staff avec à sa tête Fabien Galthié ?  « Aujourd'hui je veux autre chose, un autre modèle que l'on va mettre en place avec l'arrivée de Fabien Galthié ».

Le cas Fabien Galthié

C’est officiel depuis une semaine, Fabien Galthié composera le staff toulonnais dès la saison prochaine aux côtés de Fabrice Landreau, l’ancien manager grenoblois. Une nouvelle qui a provoqué un sentiment de joie et de soulagement chez Mourad Boudjellal : « Comme Bernard, Fabien Galthié évolue dans une autre galaxie. J'aime travailler avec ce genre de personne. Je pense qu'on va bien s'amuser. Je reste un grand enfant, je veux prendre du plaisir avant tout ». Après un micmac sans nom, provoqué par le départ de Bernard Laporte, le RCT prend enfin la direction de la stabilité et souhaite s’inscrire dans une nouvelle ère, confie encore une fois le président du club de la Rade : « Le défi de franciser l'équipe est plus difficile mais si on parvient à gagner un titre, ce sera plus vertueux ». Les titres ? Toulon est toujours en lice pour les décrocher. Que ce soit en championnat ou en Champions Cup, les partenaires de Guilhem Guirado n’ont pas dit leur dernier mot, malgré une saison largement mouvementée sur le plan extra-sportif.

Le président varois a d’ailleurs tenu à s’expliquer à ce sujet : « Je voulais Galthié depuis longtemps. Je le voyais comme le successeur naturel de Bernard Laporte. Mais au final, il n'était pas disponible quand Bernard est parti. Puis quand je signe Diego, quelques semaines après, Fabien n'est plus en poste à Montpellier. Je pense que ça a faussé ma relation avec Diego Dominguez. Je me suis menti à moi-même. Ma relation avec Diego a été perturbée. J'ai dû regarder que ce qui allait mal et pas ce qui était bien ». 

L'intégralité des interviews sont à retrouver sur le site web de rugbyrama

 

 

 

 

 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?