[Dossier Réformes du rugby français] Le projet de Bernard Laporte

  • [Dossier Réformes du rugby français] Le projet de Bernard Laporte
    [Dossier Réformes du rugby français] Le projet de Bernard Laporte
Publié le / Mis à jour le

Bernard Laporte a promis des réformes, mais pour les mener à bien il a besoin d’argent. Où trouver l’argent ? Plusieurs solutions s’offrent à lui. Dossier.

Derrière le bras de fer Goze - Laporte se cachent de vrais arguments de fond. Sonnants et trébuchants. Si la fédération est entrée dans un rapport de force avec la Ligue nationale de rugby, c’est que Bernard Laporte entend appliquer, à la lettre, les 44 engagements de son programme et notamment toute la refonte du rugby amateur promise. Qu’importent les volontés du rugby pro.

Le nouveau patron du rugby veut une redistribution des recettes financières plus favorable aux petits clubs et il demande clairement sa part du trésor de guerre construit chaque saison par le monde professionnel.

Il avait prévenu en amont et, sur ce plan-là, il n’a pas peur de passer en force. Laporte avance sans regarder derrière. Dans nos colonnes, il avait ainsi annoncé récemment : « Les réformes, on les fera avec ou sans Goze ». Bref, la révolution est en marche. La FFR veut une simplification et une amélioration de la vie quotidienne des clubs. Pour cela, Thierry Murie, le vice-président en charge du rugby amateur mais aussi Patrick Buisson, vice-président en charge de la révolution numérique, ont déjà validé tout une série de réformes importantes en s’appuyant sur les réponses des clubs au questionnaire qui leur fut envoyé juste après l’élection. 89,6 % des 1900 clubs ont ainsi déposé leurs doléances.

 

La licence dématérialisée dès l’an prochain

C’est la première révolution que vont connaître les clubs à la rentrée. Le logiciel Ovale-E.2 est déployé depuis ce week-end. Il va permettre à l’ensemble des licences d’être enregistrées via Internet. Plus besoin de se déplacer dans les comités ou futures Ligues régionales pour cela ! La licence dématérialisée sera effective dès l’an prochain. Les feuilles de matchs vont suivre. Les premiers tests seront effectués au cours de la saison prochaine avec pour objectif une mise en ligne par les arbitres à l’issue des rencontres, généralisée dès la saison 2018-2019.

 

La limitation des étrangers aussi !

Pour le Top 14 et le Pro D2, Laporte veut arriver à limiter à cinq le nombre de joueurs non sélectionnables par feuille de match d’ici à la fin de sa mandature (2020). Dans le monde amateur, cette évolution aura lieu dès l’an prochain. Avec la suppression de la licence à couleurs, la FFR va inaugurer une licence à lettres : A, B, C. En clair, les joueurs français, ou comptant 7 ans de licence FFR, seront en catégorie A, les européens en B, et les extracommunautaires en C.

Or, en Fédérale 1, on ne pourra pas inscrire plus de 6 joueurs par feuille de match sous licence B ou C (avec un maximum d’un en C). Un quota qui passera à 5 en 2018 et à 4 en 2019. Pour la Fédérale 2 et 3, les conditions sont encore plus drastiques avec 4 « étrangers » autorisés l’an prochain, puis seulement 3 et 2. L’idée est de favoriser la formation française.

 

Le début du recrutement des 200 Conseillers

Avec la participation de la DTN, la FFR a d’ores et déjà lancé sa campagne pour l’un des engagements qui tient le plus à cœur à Bernard Laporte : le recrutement de 200 conseillers techniques. Cette mesure est censée symboliser sa politique de formation. Les techniciens qui tourneront dans les clubs et seront chargés de former les éducateurs, « notamment dans les tout petits clubs où ce sont souvent des parents qui cherchent à transmettre leur passion à leur enfant », détaille Thierry Murie. Il prévient aussi : « En aucun cas, un CRT ne pourra être un entraîneur ou un joueur de club. Il s’agira d’une fonction à temps plein ! »

 

Refonte des compétitions Fédérales

C’était l’une des volontés quasi unanimes formulées par le monde amateur : plus de match et un calendrier plus cohérent. Dès l’an prochain, la Fédérale 1, 2 et 3 passera de dix à douze clubs par poules. En conséquence, il n’y aura pas de descente cette saison dans ces trois divisions. Un appel d’air qui tire l’ensemble de la pyramide vers le bas mais qui devrait aussi permettre de ralentir la course à l’armement qui sévit dans chaque division.

 

Mise en place d’indemnités de formation en 2018-2019

C’est une mesure qui va intéresser tout le monde, des pros aux amateurs. La création d’indemnités de formation pour les joueurs qui mutent. « Ce sera le chantier prioritaire la saison prochaine. Il faut récompenser la formation. L’idée c’est de s’appuyer sur les principes mis en place au football, sans faire n’importe quoi. », nous glissait Thierry Murie cette semaine.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir