Avantage pour qui ?

  • Avantage pour qui ?
    Avantage pour qui ?
Publié le , mis à jour

Le 32e de finale entre Courbevoie et de le Pays-de-Meaux apparaît très ouvert. L'avantage de la qualification directe semble ici peu évident.

La formule de qualification, qui doit favoriser les équipes directement admises en 32es de finale, qui ont fini aux deux premières places de leur poule, ne semble pas vraiment opérante dans le cas du match qui opposera, ce week-end, le Pays-de-Meaux à Courbevoie. Ce dernier a acquis sa qualification directe à l’arraché lors de la dernière journée, par le double fait de son très beau succès à Compiègne et de la défaite subie par Pontault-Combault à Sucy-en-Brie. Les hommes de Dominique Rose et de Taleb Tounsi sont allés se la « chercher ». Ils ont dépensé, jusqu’au bout, l’énergie nécessaire à cette réussite, tandis que le Pays-de-Meaux préparait dans son coin, depuis déjà un mois et demi, sa participation au barrage. La formation de Seine-et-Marne savait, depuis sa défaite à Plaisir, qu’elle perdrait la course engagée contre les deux autres leaders de son groupe. Elle avait tenu le rythme jusque-là. Ris-Orangis et Plaisir n’avaient pas réussi à distancer ce concurrent inattendu. Le Pays-de-Meaux, en produisant cette phase préliminaire de grand standing, s’était déjà positionné comme un prétendant crédible à la montée en Fédérale 2. Sa fin de parcours et cette préparation- que ses responsables ont mise en place depuis plusieurs semaines ont confirmé son potentiel.

Un barrage ? Quel barrage ?

Si la participation aux barrages, qui induit de la fatigue supplémentaire, doit être un désavantage pour ceux qui les ont vécus, les Seine-et-Marnais ont passé leur obstacle de telle manière qu’ils ont fortement limité leur dépense physique. Larges vainqueurs de Boulogne au match aller (24-40), ils ont préparé le match retour comme une formalité. Un roulement a été possible dans l’effectif. Seulement cinq joueurs ont débuté les deux rencontres titulaires. Les temps de jeu ont été répartis. Le manager Marc Dubourdeau et son encadrement procèdent ainsi depuis la défaite de Plaisir. « Nous avons pu gérer notre groupe pour le faire parvenir à son meilleur rendement au moment de ces phases finales, explique l’ancien manager de Drancy, qui avait construit en Seine-Saint-Denis son savoir-faire en la matière. Nous avons pu affiner nos choix de joueurs et les conditionner au mieux. » Et c’est ainsi que cette belle équipe de Courbevoie voit se dresser devant elle un adversaire qui a tenu tête aux grands favoris de la montée lors de la phase préliminaire et tandis que, de son côté, elle n’a plus joué depuis trois semaines, elle devra se hisser rapidement au niveau du tempo d’une formation qui s’est maintenue dans le rythme de la compétition sans dommage. « Il est évident que Meaux se trouve dans une bonne dynamique, admet Dominique Rose, qui est allé superviser le barrage aller à Boulogne. Mais de notre côté, nous sommes restés sur une montée en puissance qui a montré que nous maîtrisions nos intentions de jeu. Nous avons vraiment progressé depuis le début de saison. Je pense que c’est vraiment très ouvert. » Du côté des effectifs, Le Pays-de-Meaux se présentera au grand complet. À Courbevoie, le troisième ligne Guillaume Herpin devrait manquer, alors que le talonneur Gaël Haidous fera son retour.

Par Guillaume CYPRIEN

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?