Demain c'est loin

  • Demain c'est loin
    Demain c'est loin
Publié le

S’ils clament vouloir préparer l’avenir, les Stadistes auront une mission d’honneur à mener sur la pelouse de Castres. Ce serait  là un strict minimum, avant de boucler une saison décidement plus noire que rouge.

Que reste-t-il du Stade toulousain ? Un palmarès, unique. Le plus grand d’Europe et qui met du baume au cœur de supporters de plus en plus rares, au soutien de leur équipe. Quelques glorieux anciens sur le départ, quand on regarde vers le passé, et les promesses d’une formation qui sort à nouveau quelques jeunes prometteurs, pour de meilleurs lendemains. C’est la promesse et les discours du moment. « On doit finir le plus correctement possible, notamment pour ceux qui ne porteront plus ce maillot, mais sans faire dans la compassion. On va mettre les choses dans l’ordre et donner du temps de jeu à d’autres qui seront encore là demain » assumait Mola après la dernière défaite, face au Racing. Mais demain, c’est loin. Et les promesses d’un avenir meilleur, qui n’engagent à rien, ne pansent pas les plaies d’une saison ratée.

 

27 internationaux et 17 défaites

Les arguments pour l’expliquer se sont délités un par un au fil de la saison. Ce fut d’abord la faute à pas de chance, puis celle de l’arbitre. Il y avait certainement une part de vrai dans tout ça. Mais jamais les Toulousains n’ont semblé se poser les bonnes questions : celle de leur niveau intrinsèque, de leur incapacité à proposer 80 minutes de jeu homogènes ou à faire les bons choix de jeu, en accord avec les talents de leurs hommes. « Il ne faudrait qu’un déclic pour inverser la tendance » clamait Samuel Marques avant le déplacement à Toulon il y a un mois. Quand on présente un bilan de 13 victoires en 31 matchs, quatre défaites à domiciles en Top 14 et une rouste en quart de finale de Coupe d’Europe (41-16), il manque plus qu’un déclic.

Il manque du sérieux, de l’application et, sur certains postes clés, du talent. Et pour avoir trop tardé à s’en rendre compte, pour s’être seulement répété qu’il faut « se remettre au travail dès lundi » (Huget) et « se bouger le cul », Toulouse se retrouve aujourd’hui douzième du Top 14. Indigne d’une équipe qui compte 27 internationaux dans son effectif et qui pointe, au classement, derrière Brive, Pau, La Rochelle ou Castres, à qui ils rendent pourtant plus de 10 millions de budget (source LNR).

 

Le pire n’est jamais sûr

Les bonnes questions, il est trop tard pour se les poser. Ou trop tôt, quand le long été qui attend les Haut-Garonnais sera plus propice à une plus large remise à plat. En attendant, il reste deux matchs aux Toulousains pour sauver les apparences qu’il reste. À commencer par la rencontre à Castres, ce samedi face à une équipe qui jouera gros, elle, dans l’optique de la qualification. À Pierre-Antoine, le Stade toulousain n’aura plus rien de concret à espérer. Il ne sera plus question que de retrouver (un peu) le sourire et de le rendre aux supporters. Ce sera déjà bien.

Il sera alors temps de reconstruire, de définir enfin une gouvernance claire et de construire un secteur sportif plus cohérent que les superpositions d’idées actuelles. Le défi sera de taille, quand rien n’indique que le Stade toulousain soit immunisé contre le sort qu’a connu Perpignan ou Biarritz, malgré leurs effectifs conséquents. Heureusement pour Toulouse, le pire n’est jamais sûr. 

par Léo Faure

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?