Un 16ème pour du beurre ?

  • Un 16ème pour du beurre ?
    Un 16ème pour du beurre ?
Publié le , mis à jour

Compte tenu de la réforme fédérale à venir, l’équipe du Pays-de-Meaux et de Courbevoie pourraient être promus ensemble en Fédérale 2.

Le premier tour des phases finales de Fédérale 3 a fait la part belle à la « révolte » des barragistes. Ils sont trois, dans le Nord, qui n’avaient pas achevé la phase préliminaire à l’une des deux premières places qualificatives, à s’être qualifiés pour les seizièmes de finale aux dépens des « leaders » : Poitiers contre Châteauroux, Bourges XV contre La Baule, et le Pays-de-Meaux contre Courbevoie. Leurs trois succès cumulés pourraient profiter au Pays-de-Meaux. De tous les trois, ce sont les Val-de-Marnais qui avaient fini à la meilleure place du classement national établi après les matchs de poule. Ce meilleur classement est susceptible de les envoyer en Fédérale 2. Compte tenu de la réforme fédérale prévue par l’équipe de Bernard Laporte et de l’augmentation à 12 du nombre de clubs par poule la saison prochaine, il y aura davantage de promotions en Fédérale 2 que ne le prévoyait le championnat établi par l’équipe de Pierre Camou. Si Poitiers, Bourges XV, et le Pays-de-Meaux, devaient perdre tous les trois en seizièmes de finale, le Pays-de-Meaux serait deuxième sur la liste des clubs susceptibles d’être promus administrativement, derrière le perdant de l’opposition entre Plaisir (2e de poule) et Marcq-en-Baroeul (1er de poule). Et si c’est Ris-Orangis qui devait perdre leur double confrontation qui débutera ce week-end à Meaux, les Essonniens seraient encore mieux placés. Les joueurs de Stéphane Lastapis ont terminé la phase préliminaire à la 3e place du classement national, et à la 1re sur les poules du Nord. De façon assez certaine, d’après les informations qui circulent, Ris-Orangis a déjà son ticket en poche. Si bien qu’à la fin, ce derby excitant pour la montée entre les deux clubs franciliens, pourrait ne pas valoir grand-chose. Ce qui n’enlève rien aux attentes qu’il suscite.

À la dernière seconde

Cette équipe du Pays-de-Meaux a réussi un tour de force assez spectaculaire en éliminant Courbevoie à Courbevoie, après la défaite qu’elle avait subie sur son propre terrain (15-19). à la 75e minute de leur deuxième confrontation, elle était encore franchement éliminée (11-19 et 12 points de retard sur l’ensemble des deux matchs). D’un coup, elle est parvenue à percer deux fois le verrou de la défense de Courbevoie, et la deuxième fois sur le gong de fin de partie, pour l’emporter sur le fil (19-25). C’est un petit miracle qui s’est produit. « Je pense que notre équipe a beaucoup gagné en confiance et en pugnacité au sortir de ce scénario incroyable », estime le coentraîneur Marc Dubourdeau. Trois jours après cet épisode, mercredi, il faisait intervenir à son entraînement Lilian Almeras, spécialiste du MMA, pour travailler dans la bonne humeur les attitudes offensives qui permettent de mieux « casser » les plaquages, en cassant la routine. Ces Meldois vivent maintenant une aventure. « Et ils ont une capacité à capter le rythme du match à leur profit. Nous essayerons de ne pas tomber dans le piège », dit Stéphane Lastapis depuis Ris-Orangis. Lui a pu faire tourner son groupe, la semaine dernière, puisqu’il avait assuré sa qualification dès le match aller à Compiègne. Frais et dispos, l’un des favoris de la zone Nord devra toucher l’efficacité de son jeu de mouvement pour faire un sort à la croyance du « tout est possible » des miraculés meldois.

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?