La double peine pour le Stade Français...

  • La double peine pour le Stade Français...
    La double peine pour le Stade Français...
Publié le , mis à jour

À deux doigts de l'exploit à l'Altrad Stadium, le Stade Français n'échoue que d'un petit point au bout d'un suspens haletant 27-26. Avec cette défaite, combinée à la victoire du Racing 92 face à l'Union Bordeaux-Bègles condamne les Parisiens à regarder les phases finales depuis chez eux. 

Le match : 

Montpellier est contré en ce début de partie, dès la 3ème minute, un ballon de récupèration profite à Daguin qui tape à suivre, à la course cAMARA prend Nagusa de vitesse et aplatit. (0-7, 5e). Le Stade Français fait plus que de la résistance, seul Nadolo surnage sur des relances trop peu isolées. Boutaty écope d'un carton jaune à la 35è, sur la mêlée suivante, Nadolo emporte Arias et aplatit en coin à la sirène. (13-13, 40e). Le Stade Français repart avec les mêmes intentions et n'hésite pas à jouer tous les ballons, mettant à la faute les Héraultais. De son côté Morné Steyn ne laisse rien passer. (16-13, 45e). Paillaugue tente d'enflammer le match en jouant vite une pénalité mais Montpellier est trop maladroit à l'image de Guillamon qui tombe le ballon. Les Parisiens gâchent cependant beaucoup de ballons et le payent forcément, Paillaugue transperce, dans la tranformation, du plessis adresse une passe au pied millimétrée pour Van der Merwe. (20-16, 58e) Les entrèes des deux nouvelles premières lignes ne change rien au fait que les Parisiens dominent toujours autant leurs homologues. Cependant Montpellier occupe et gratte des ballons en touche. Sur l'une d'elle, Pierre Spies s'échappe du maul et finit dans l'en but après une course de 30 mètres.Etonnamment le Stade Français récupère le coup d'envoi, Arias échappe à un plaquage puis transmet à Burden qui aplatit. Les Parisiens poussent mais butent sur une défense hémétique amputée néanmoins de Willie du plessis sanctionné d'un carton. 

SUr l'ultime action, Waisea est décalé par Steyn et marque en coin ! Balle de match pour Steyn qui la manque, mais ça ne changera rien puisque le Racing dans le même temps s'est imposé. Le Stade Français n'est donc pas qualifié. De son côté Montpellier recevra le Racing 92.

 

Le Fait du match : L'effort vain 

Que d'abnégation chez ses Parisiens ! Si les hommes sur le pré ne pouvaient s'enquérir du score de leur rival Francilien, les joueurs de Quesada ont su garder la tête froide après avoir cédé leur avance au score. On est sur la sirène, dernière action, Morné Steyn voit le surnombre, et décale Waisea qui se débarasse de son ailier pour aller marquer. Mais entre temps, les Parisiens apprennent que le Racing s'est imposé de justesse. Terrible pour une équipe qui aura tout tenté. 

 

L'essai : D. Van der Merwe

Nous sommes à la 55ème minute, Paillaugue trouve la faille au milieu d'un regroupement, le poitn de fixation est crée, Nagusa reçoit la balle mais Du Plessis appelle l'inversion, inversion sur laquelle il trouve d'un subtil jeu au pied Van der Merwe qui pointe en coin. À ce moment là les Héraultais passent devant, ils ne lâcheront jamais. 

 

Le joueur : Morné Steyn 

Oui il a loupé la transformation de la gagne, mais quelle influence a le sud-africain sur son équipe. L'alternance, le coup de pied juste, une animation parfaite autour de ses gros et un jeu au pied qui n'est plus à démontrer. Morné Steyn a quasiment joué la partition idéale. 

 

Les meilleurs : 

au Stade Français : Camara, Steyn, 

à Montpellier : Nadolo, W. du Plessis, Mikautadze

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?