Stade français : Quatre projets en lice pour la reprise du club

  • Stade français : Quatre projets en lice pour la reprise du club
    Stade français : Quatre projets en lice pour la reprise du club
Publié le

Alors que le club parisien a terminé sa saison en Top 14 et qu'il s'apprête à disputer une finale de Challenge Cup ce vendredi face à Gloucester, les projets de reprise se dévoilent. Tour de table.

Et si Thomas Savare se retrouvait finalement avec quatre projets de reprise sur son bureau ? Comme révélé dans nos colonnes il y a déjà plusieurs semaines, deux dossiers circulent depuis un mois et demi aux abords de la Porte d’Auteuil. D’un côté, le projet porté par les anciens joueurs du club (Blin, Lombard, Marconnet, Glavany, Dominici, Rabadan, Guétard et Elias) implique plusieurs investisseurs privés, parmi lesquels figurent Philippe Bucheton, le directeur général de la foncière immobilière Bleeker, et Jean-Baptiste Mortier, un géant de l’immobilier français. Les anciens du Stade français doivent émettre une offre mardi soir à la famille Savare. Parallèlement à cela, le projet incarné par le milliardaire allemand Hans-Peter Wild (les jus de fruits Capri-Sun) est à priori le plus solide.

 

La piste qatarie devient réalité...

Le docter Wild a obtenu un report du dépôt de dossier, initialement prévu le mardi. Le milliardaire déposera mercredi midi son dossier sur le bureau du président parisien, indépendamment du dossier des anciens. Par ailleurs, une troisième voie a vu le jour ces dernières heures dans la capitale. Elle est incarnée par Richard Pool-Jones et l’ancien manager du Racing 92 Arnaud Tourtoulou. Les deux hommes, qui ont rassemblé autour d’eux plusieurs investisseurs aux reins solides, ont également mandaté le cabinet KPMG afin de réaliser un audit financier du Stade français. Enfin, quatrième piste, celle de la chimère qatarie agitée par Lorenzetti et Savare au moment de la fusion qui aurait ressurgi le week-end dernier. Jeudi, Thomas Savare se présentera seul, devant la DNACG afin de rassurer le gendarme financier du rugby pro en épongeant le déficit en cours, estimé à 8 millions d’euros. Une fois cela fait, le président actuel du club parisien dispose de quinze jours supplémentaires pour présenter le nom du futur repreneur.

 

Par Arnaud Beurdeley et Marc Duzan

 

Plus d'informations à retrouver dans le Midi Olympique du jour en page 35.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?