Vous avez dit "con" ?

  • Vous avez dit "con" ?
    Vous avez dit "con" ?
Publié le , mis à jour

Il me revient les mots de Pierre Albaladejo, mister drop devenu consultant « éclairant » pour télé et radio. C’était en 1997, aux prémices du professionnalisme, quand le rugby eut entamé sa révolution culturelle en considérant que le progrès passerait par une nouvelle dimension physique des acteurs. Son sport se transformant en chamboule tout, « Bala » déplorait alors : « Le rugby a toujours été un sport d’évitements, intelligent pour ce qu’il impose de recherche et de stratégie quand il faut se jouer de l’adversaire. Désormais, c’est terminé. Pour éliminer le joueur d’en face, on lui fonce directement dedans. C’est plus rapide et il y a moins de risques de perdre la balle… Sauf que l’on y perd toute intention créatrice. Et l’intelligence disparaît. Du coup, le rugby est devenu un sport con. »

Vingt ans plus tard, rien n’a changé. Au royaume des forts à bras, on vise le défenseur plus souvent qu’on cherche à l’éviter. Et on passe par le sol faute de savoir/pouvoir/vouloir (rayez la mention inutile) enchaîner le jeu debout, par la passe, pour accélérer.

Soyons clairs, de tels paradigmes - stratégiques ou culturels - ont toujours existé. Mais ils étaient l’apanage des « gros », souvent les joueurs du « cinq de devant », pas totalement déniaisés techniquement et surtout priés de briller dans l’art de la guerre… Le problème, c’est que le virus s’est propagé à l’ensemble des terrains, des catégories et des nations. Même les gamins sont priés d’aller tout droit : le porteur de balle vers l’adversaire et ses soutiens au nettoyage. Partout, on « destronche » joyeusement pour donner raison à « Bala ».

Il faudra certainement un énième changement des règles, l’agrandissement des terrains, la suppression des remplacements ou même de certains postes pour inverser une tendance désormais bien ancrée. Pour autant, impossible pour nous de céder au fatalisme. Le rugby conservera toujours sa part de créativité, comme en témoigne le jeu des All Blacks, sorte de réinvention perpétuelle. Sans oublier les flèches lancées par les Écossais, Irlandais, Anglais ou même les Bleus. Sans parler de Clermont, Paris, La Rochelle ou Pau au plan national. Tous, par intermittence au moins, ont su relever le défi du mouvement. Et tous ont porté l’exigence d’une différence assumée au plan du jeu, avec des convictions très fortes.

à ce titre, il ne faudrait pas trop nous pousser pour considérer le retour de Fabien Galthié aux choses du terrain comme une sacrée belle affaire.

Pour le RCT d’abord, qui retrouvera un patron à sa mesure. Pour le Top 14 ensuite, qui profitera de la concurrence ravivée et de la détermination de l’ancien demi de mêlée columérin peu enclin à rater son come-back. Pour le rugby enfin, qui profitera d’un cerveau éclairé, presque neuf et porteur d’idées qui ont encore échappé aux regards parfois inquisiteurs des analystes vidéo… Toujours piqué au jeu, Galthié n’est jamais rassasié, comme en témoigne l’interview qu’il nous a accordée. Il a préparé son retour comme il avait, il y a quelques années en arrière, écrit le scénario de son aventure montpelliéraine. Rien n’est laissé au hasard.Et, même s’il refuse de se projeter aussi loin, ce pourrait être le plus beau des tremplins vers l’équipe de France…

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?