Le Racing au rendez-vous des demi-finales !

  • Le Racing au rendez-vous des demi-finales !
    Le Racing au rendez-vous des demi-finales !
Publié le , mis à jour

Froids comme une lame, les Racingmen réalisent le gros coup de ces barrages en allant s'imposer 22-13 contre le MHR à l'Altrad Stadium !

Le résumé

Dès l'entame; le Racing est très entreprenant. Les Ciel et Blanc n'hésitent pas à jouer tandis que Montpellier subit et rend beaucoup de ballons. Sur un déboulé francilien, Rokocoko est à deux doigts de conclure. Quelques minites plus tard, suite à une percée de son ailier all-black c'est Nyanga qui semble aplatir, mais l'essai sera refusé pour un passage en touche. Ce n'est que partie remise, sur un lancement en touche Nakarawa voit parfaitement l'espace et s'engouffre pour aller planter le premier essai. Montpellier, même dominé, tente de se relancer par le jeu. En parfait filou, Paillaugue joue vite et aplatit après que l'arbitre ait sifflé une pénalité. Le Racing ne se laisse pas abattre et réagit dans le sillage de Yannick Nyanga. L'ancien troisième ligne aile du Stade Toulousain, est à la récupération d'un jeu au pied haut suite à un excellent travail de Chavancy qui met sur les fesses Bismarck du Plessis, et sert d'une chistera Thomas qui n'a plus qu'à conclure. Globalement, les Racingmen gagnent leurs duels un à un à l'image de Tameifuna inarrêtable dans cette partie qui met constamment ses partenaires dans l'avancée. Les Héraultais, ont beaucoup d'occasions en fin de première période. Après une inspiration géniale de Nagusa, le Fidjien crée le surnombre mais l'ailier sud-africain Duhan Van der Merwe est plaqué en touche. D'entrée de seconde période, le Racing rappuie sur l'accélérateur, Rokocoko donne un coup de pied à suivre pour lui même, mais le rebond lui fait défaut. Le Racing reprend sa marche en avant en mêlée. Eddy Ben Arous oublie de jouer le deux contre un avec Rokocoko et loupe le troisième essai francilien avec un en-avant. Le champion de France pousse et fait reculer dangereusement les Héraultais, qui n'arrivent plus à rentrer dans la moitié de terrain adverse. Après une longue séquence des avants dominateurs de Colombes, le surnombre est exploité par Carter qui décale en bout de ligne Rokocoko qui inscrit l'essai du break à la 76ème. Montpellier terminera la rencontre à quatorze avec un carton rouge distribué à Jannie Du Plessis. Le Racing 92 n'a pas encore cédé son titre.

 

Le joueur : Joe Rokocoko

Si l'essai en finale l'an dernier face à Toulon ne vous avait pas convaincu de la nouvelle jeunesse de l'ailier all-black, ce barrage face à Montpellier le fera très certainement. Dans tous les bons coups en compagnie de son compère Leone Nakarawa, Rokocoko de par ses courses tranchantes et ses appuis toujours aussi dévastateurs a fait chavirer la défense montpelliéraine. Il aurait pu être à la conclusion de l'une des ses inspirations géniales si le rebond lui avait été favorable, mais il va formidablement se rattraper en inscrivant l'essai de la gagne à 76ème minute. Un tueur.

 

Le fait : Les guerriers tombent un à un

Il était écrit que cette rencontre serait à prendre par le prisme de la dimension physique, les deux équipes étant très généreusement fournie à ce niveau là. Pourtant à cette période de la saison, les organismes se font de plus en plus fragiles, et les corps subissent plus aisément. Pour preuve cette première période. Juan Imhoff, Bismarck du Plessis, Willie du Plessis, rice Dulin et Nemani Nadolo feront les frais de cette mi-temps engagée. Ce dernier, s'était d'ailleurs ressentie d'une douleur derrière la jambe droite à l'échauffement et avait dû rentrer aux vestiaires pour se faire strapper.

 

Les meilleurs :

Au Racing 92 : Nakarawa, Rokocoko, Tameifuna, Afatia, Nyanga.

À Montpellier : Nagusa, Immelman, Paillaugue.

 

Par Enzo Contreras

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?