Jean-Pierre Elissalde : « Le Toulon de cette fin de saison est beaucoup plus compétitif »

  • Jean-Pierre Elissalde : « Le Toulon de cette fin de saison est beaucoup plus compétitif »
    Jean-Pierre Elissalde : « Le Toulon de cette fin de saison est beaucoup plus compétitif »
Publié le , mis à jour

Rochelais de naissance, Jean-Pierre Elissalde garde forcément des liens avec les Jaune et Noir. À l'approche de la demi-finale face à Toulon (vendredi, 21h00), l'ancien entraîneur des Maritimes livre une analyse singulière sur les origines de la réussite des joueurs de Patrice Colllazo. 

Jean-Pierre, vous attendiez vous à ce que La Rochelle réalise une telle saison ? 

Très sincèrement, je pensais que les Rochelais réaliseraient une « bonne » saison. Il faut bien se rappeler que deux ans auparavant La Rochelle avait obtenu son maintien lors de la dernière journée. L'an dernier on se battait seulement pour figurer parmi les qualifiés pour les phases finales. Alors si on m'avait dit que l'on terminaerait premier avec une dizaine de points d'avance sur Clermont et Montpellier...pour le deviner il fallait être devin. Mais plus objectivement, ils ont également profité de la défaillance de certains clubs comme Toulouse, ou le Racing par exemple, donc automatiquement ça crée des espaces. La Rochelle ne doit cependant rien à personne on l'a vu notamment sur la trilogie de victoire à l'extérieur, à Toulon, au Racing et à Toulouse, ce n'est pas rien d'aller gagner là-bas ! 

 

Sur un plan plus technique sur quoi s'est appuyé La Rochelle pour dominer autant cette année ? 

L'un des tournants de cette saison à mon avis est la blessure de Botia (opéré du ligament croisé du genou gauche en avril 2016, N.D.L.R) , et dans une moindre mesure la sélection de Uini Atonio. Pour Botia on sait l'impact qu'il a au centre du terrain c'est vraiment un joueur primordial parce qu'il met beaucoup d'avancée à chacune de ses prises de balles. Le fait de perdre ces deux joueurs a forcé le staff a trouver d'autres alternatives. On savait qu'ils avaient une conquête déja remarquable mais ici, ces deux pertes ont permis d'user de la zone « large-large ». Du coup on a pu décourvrir que La Rochelle était une équipe non seulement de conquête mais qu'elle avait des pattes avec des joueurs comme Lacroix, Rattez, ou Murimurivalu. Les Rochelais se sont trouvés je dirais des valeurs par obligation, ils ont fait d'un malheur, bien que la sélection d'Atonio n'en soit pas un, une force. 

 

Trouvez-vous des similitudes entre les méthodes que vous prôniez lorsque vous étiez sur le banc, et celles de Patrice Collazo ? 

Je n'aime pas trop les comparaisons avec le passé. Tout ce que je sais, c'est qu'avec Collazo, et même avec Serge Milhas, les valeurs de travail et de collectif sont vraiment au coeur de leurs préoccupations. Par rapport à d'autres expériences que j'ai pu avoir dans des clubs du sud-ouest il est vrai que ces notions là sont d'autant plus exacerbées. La seule différence que je pourrai voir c'est qu'aujourd'hui, l'équipe possède beaucoup plus de talents, et des talents à tous les postes ! Et le plus important c'est qu'ils aient réussi à perdurer. Ce qu'on voit finalement cette saison avec le Stade Rochelais ce n'est que la partie visible de l'iceberg. 

 

Un gros travail a été réalisé également au niveau de la direction..

Oui bien sûr ! Autour du club c'est du travail bien fait, il y'a eu une certaine cohérence qui visait à dire que la structure engendre les résultats. Là où d'autres clubs préfèrent se concentrer d'abord sur l'humain, La Rochelle s'est attaché à privilégier les infrastructures avant de penser dans une logique purement sportive. Une tribune de plus a été construite, le centre d'entraînement a été modernisé. Dans le recrutement, la direction a été très intelligente, en amenant des joueurs d'expérience comme Brock James qui apporte cet équilibre qui manquait tant, un mec comme Vito qui a parfaitement comblé le départ de Loann Goujon avec une plus-value non négligeable. 

 

À quelle genre de partie vous attendez vous vendredi soir ? 

Honnêtement, on ne peut pas prévoir. Ce qui est certain c'est que le Toulon de cette fin de saison n'a absolument rien à voir avec celui d'il y'a quelques mois, ils sont beaucoup plus compétitifs. Après trois semaines sans compétition, on ne sait pas comment vont se sentir les joueurs je laisse ça plutôt à Patrice Collazo, mais les Rochelais ont beaucoup de joueurs de talents et des armes multiples. La polyvalence fait également partie de leur ADN, avec Botia, Gourdon, Qovu qui peuvent doubler sur plusieurs postes. Ça va être vraiment interessant et serré. 

 

Un pronostic ? 

Cela ne va pas forcément être un pronostic objectif, mais un pronostic du coeur.  Je pense que La Rochelle a les armes pour l'emporter. 

Propos recueillis par Enzo Contreras

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?