« Les grands joueurs sont toujours au rendez-vous »

  • « Les grands joueurs sont toujours au rendez-vous »
    « Les grands joueurs sont toujours au rendez-vous »
Publié le , mis à jour

Deux jours après la défaite à Mayol, Christophe Urios, le boss du CO livre son analyse sur le retour des champions de france. il évoque également la forme des toulonnais, et l’inconnue des Rochelais…

Avez-vous été surpris de la victoire du Racing à Montpellier ?

Pas vraiment, pour plusieurs raisons. La première, c’est que les Franciliens ont connu une saison de m... et je sais trop que les équipes qui disposent de grands joueurs sont toujours au rendez-vous, à l’image du match qu’a produit Ma’a Nonu face à nous vendredi soir, puisqu’il a été très bon. Je savais aussi que leur dernier match allait compter dans les têtes, et qu’ils voulaient leur revanche. Montpellier a également vécu une saison délicate, mais la grande différence est que le staff s’en va, et qu’ils ont donné l’impression de manquer de cohésion. L’année dernière, le MHR était une équipe avec un jeu parfaitement huilé, dans lequel chacun savait ce qu’il devait faire. Là, on a senti que cela partait dans tous les sens. Et puis il faut ajouter la cascade de blessés qui les a affaiblis. Montpellier n’était pas sur une bonne dynamique.

 

Techniquement, sur quels aspects le Racing a assis sa victoire ?

Le Racing a été très bon en conquête, et a mis beaucoup de mouvement et de vitesse dans son jeu. Les Racingmen ont joué debout grâce à des joueurs fantastiques comme Leone Nakarawa. On a le sentiment que ce n’est plus la même équipe.

 

On s’attendait pourtant à un défi frontal…

Justement, c’était la bonne méthode pour user Montpellier. Le match était programmé à 17 heures, il devait faire chaud sur le terrain. Les Franciliens s’étaient préparés à mettre du désordre sur le terrain pour déborder les Montpelliérains, pour les bousculer. J’ai trouvé que les Racingmen se sont amusés sur le terrain.

 

Ils affronteront Clermont en demi-finale. Quel regard portez-vous sur ce choc ?

Clermont, c’est une équipe de pression. Samedi, le Racing a mis beaucoup de mouvement mais il y avait aussi du désordre. Clermont pratique un jeu plus académique, fait de vitesse et de contre-attaque, mais qui ne joue pas tant debout que cela. Ils laissent volontiers la possession à l’adversaire, mais ils pressent très bien et contre-attaque très fort. Les Clermontois ne pratiquent pas le même jeu que les Racingmen. Ces derniers me font d’ailleurs penser aux Saracens, surtout sur la capacité à garder leur tempo pendant 80 minutes. Comme eux, ils sont très forts même quand ils n’ont pas le ballon. Cela devrait être une très belle demi-finale. La question est de savoir comment les Clermontois vont se remettre de leur finale perdue. Côté récupération, les Racingmen ne devraient pas avoir trop de mal car ils ont constamment avancé.

 

La courte victoire des Toulonnais leur a-t-elle donné de la confiance avant d’affronter la Rochelle ?

Toulon est sur une bonne dynamique, c’est indéniable. Mais leur victoire tient à peu de choses. Quelques décisions ont été terribles pour nous, et cette défaite est injuste au vu du match produit et de l’engagement mis. Attention, je ne parle pas de l’arbitrage. On a vu qu’ils ont eu de la difficulté à terminer le match… Je ne sais pas comment ils vont récupérer. Après, c’est une équipe de champions. Comme le Racing, les Toulonnais ont vécu une saison galère. Tout ce qu’ils gagnent maintenant, c’est du bonus. Et ils ont des mecs capables de se transcender au moment opportun. La vraie question de cette autre demi-finale, c’est la Rochelle.

 

C’est-à-dire ?

Comment La Rochelle a géré ces trois semaines sans match ? Trois semaines, c’est long. Très long. Pour moi, c’est un handicap. Je ne sais pas comment ils ont géré cette période. À l’inverse de l’autre demi-finale, celle-ci sera celle de l’affrontement car les deux équipes possèdent d’excellents porteurs de balle. Ce sera un bras de fer.

 

Quelle équipe possède le jeu pour aller en finale ?

Clermont. Parce que cette équipe n’a pas de point faible, et qu’elle est sur une vraie dynamique.

 

Malgré la finale perdue ?

Je ne connais pas leur état psychologique mais de l’extérieur, la finale européenne ne doit pas être vécue comme un échec. Ils sont tombés sur plus fort certes, mais ils ne se sont jamais écroulés et le match se joue à peu de choses face à la meilleure équipe européenne. Les Clermontois peuvent en sortir grandis. En revanche, je pense que Vahaamahina va leur manquer. Il fait partie des hommes qui comptent dans le pack.

 

Un pronostic sur la composition de la finale ?

Il y a tellement de questions, d’aléas, d’incertitudes… Comment vont récupérer les Toulonnais ? Comment la Rochelle a géré ses trois semaines ? J’aurais tendance à dire qu’il vaut mieux être dans le tempo, comme le sont les Toulonnais. Mais après, la fraîcheur va compter aussi. Quoi qu’il en soit, le Top 14 offrira deux belles demi-finales.

 

par Simon Valzer

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?