Juandre Kruger : « Il n'y a pas une seule seconde où j'ai senti du doute »

  • Juandre Kruger :  « Il n'y a pas une seule seconde où j'ai senti du doute »
    Juandre Kruger : « Il n'y a pas une seule seconde où j'ai senti du doute »
Publié le

De sa prolongation, à la demi-finale qui attend le RCT, Juandre Kruger s'est confié, en marge de la conférence de presse, à Midi Olympique.

Juandre, vous avez officialisé hier votre prolongation avec le RCT (d'un an + une année en option). Était-ce important pour vous ?

C'est toujours plus facile de jouer quand tu sais de quoi sera fait ton avenir. D'autant que je voulais rester à Toulon et ce même si les discussions ont duré plusieurs semaines.

 

A la veille de la demi-finale contre La Rochelle, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Nous jouons toute la saison pour vivre ces moments- là, donc nous sommes tous excités. Il y a eu des changements dans l'équipe, mais c'est normal. Tu n'enchaînes jamais une saison entière avec vingt-trois joueurs. Puis nous avons de nombreux joueurs d'expérience. Aujourd'hui nous sommes prêts et nous allons entrer dans cette rencontre avec beaucoup de confiance.

 

Comment dort-on avant un match comme celui-ci ?

Nous avons la chance que le match se joue en fin de journée, donc si jamais on passe une mauvaise nuit, on pourra toujours rattraper notre sommeil (rires). Plus sérieusement on joue tous nos matchs pour se retrouver dans ce genre de situation, donc personnellement, je suis sûr que je vais bien dormir ce soir.

 

Et qu'allez-vous faire entre l'entraînement du capitaine (aujourd'hui à 15h30), et le coup d'envoi ?

Je vais essayer de dormir un peu plus tôt, de bien manger, de faire des étirements et je pense que nous ferons un peu d'analyse vidéo. L'équipe de La Rochelle va être annoncée ce soir, et peut-être qu'il y aura des changements. Enfin il faut savoir que ma famille est venue d'Afrique du Sud pour cette rencontre. C'est très important de savoir qu'ils seront dans les tribunes demain.

 

Est-ce la première fois qu'ils viennent depuis votre signature à Toulon ?

J'ai déjà de la famille qui est venue, mais c'est la première fois que mon père me verra jouer depuis que j'ai rejoint Toulon.

 

Et a-t-il prévu un billet retour après la demi-finale ? Ou envisage-t-il de rester un peu plus longtemps, jusqu'à la finale par exemple ?

Il a pris des billets d'avion, car mon frère et ma sœur habitent également en Europe. Mais je suis sûr qu'il pourra changer de planning (rires).

 

Qu'est-ce qui, selon vous, peut faire basculer ce genre de rencontre ?

Dans un gros match comme celui-ci, le plus important c'est d'être bon sur les bases du rugby. Le reste ? Ça arrive par la suite.  Alors oui, il y a quelques joueurs qui ne vont pas pouvoir jouer et nous sommes tristes pour eux... Mais je pense que ça décuple notre envie de faire un grand truc. Ça aura quand même vraiment été une saison difficile...

 

Justement, est-ce qu'après avoir connu tant de difficultés le groupe n'est-il pas plus fort ?

Parfois il est encore plus agréable de réussir, quand nous avons vécu une saison comme celle-ci. Ça a été une année difficile, avec beaucoup de changements, beaucoup de facteurs qui étaient contre nous... donc si on peut faire quelques chose de grand, ce serait vraiment énorme.

 

Pour cette demi-finale vous serez privé de cinq joueurs (Delboulbès, Chilachava, Nonu, Trinh-Duc et Habana). Comment l'a vécu le groupe ?

Je le répète, dans ce genre de situation c'est l'expérience qui compte. Il n'y a pas une seule minute, pas une seule seconde où j'ai senti du doute dans ce groupe ou chez un joueur. James O'Connor premier centre ? Il a disputé 44 sélections avec l'Australie. Personnellement je n'en ai disputé que 17, c'est presque trois fois plus que moi... C'est énorme l'expérience qu'il y a dans ce groupe. Et oui, peut-être qu'il y a des joueurs avec moins d'expérience. Mais comment peuvent-ils en avoir s'ils ne jouent pas ? Il faut leur donner l'opportunité. Et c'est avec des scenarii comme celui-ci qu'ils vont engranger de l'expérience. Je suis vraiment content pour Anthony Belleau. Il a très bien travaillé, c'était vraiment un leader chez les espoirs et c'est une opportunité très intéressante pour lui.

Propos recueillis par Pierrick Ilic-Ruffinatti

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?